Share |

Histoire

Et si, lorsque des milliers de Palestiniens ont célébré en mai, la Nakba, cet anniversaire qui commémore leur exil et correspond à la naissance de l'Etat d'Israël, un nombre équivalent de juifs étaient descendus dans la rue pour, eux aussi, se souvenir de leur "catastrophe", leur départ forcé des pays arabes ? 

Dona Gracia Nasi Mendès, dite LA SENORA, au 16e siècle fit trembler le Vatican en organisant un boycott du port d'Ancona, à cause des persecutions des Marranes.

Voici l’histoire de ces milliers d’individus qui ont fui leur maison, qui ont connu les camps de réfugiés et qui gardent aujourd’hui, en silence, la mémoire d’une civilisation détruite.
Ce film raconte l’histoire et la destruction de ces communautés juives orientales, certaines d’entre elles ayant existé pendant plus de 2500 ans. 

La question des rapports entre l’Europe (l’Occident latin ici) et le monde musulman (l’Islam) continue, plus que jamais, de provoquer des débats. Continue, car ils ne sont en effet pas nouveaux, loin de là. En ne remontant qu’à la première moitié du XXe siècle, il suffit d’évoquer la thèse d’Henri Pirenne dans Mahomet et Charlemagne (1936). 

En Tunisie, au 18ème siècle, les beys installeront des « Rois des Juifs » locaux en désignant des « caïds » juifs. Une famille a dominé tout particulièrement la « profession », celle des Samama, constituant une véritable dynastie de « caïds ». 

Du temps des Romains elle s'appelait « Vaga » ce qui signifie: vache laitière et évoque également les ondulations des champs de blé telles des vagues. Malgré cela, l'on est enclin à penser que Vaccha ou Vaga est une dérive du nom Libyque ou phénicien de la ville.

TUNIS est la transcription française d’un nom qui se prononce en arabe tûnus, tûnas ou tûnis (û ayant la valeur du « ou » français).

Question : Quelle différence y a-t-il entre un réfugié juif et un réfugié arabe ? L’un a été contraint de quitter sa maison, ses biens, sa terre par l’usage de la force, par la destruction et l’anéantissement. L’autre a été déplacé de quelques kilomètres sous les ordres des chefs militaires arabes, le temps de détruire le foyer national juif autonome.

Jamais un personnage historique n'a fait l'objet de tant de contreverses et d'interprétations. La reine Kahina est en effet plus qu'une reine au comportement exemplaire et héroïque. Elle est un symbole de résistance, et habite l'imaginaire des berbères.

En juillet 1947, 4554 juifs européens dont beaucoup étaient des survivants de la Shoah s'embarquent à bord du "President Warfield", un vieux cargo, pour rejoindre la clandestinement la Palestine alors sous mandat britannique.

C’est en compagnie de sa première épouse Mathilde Lorrain que Bourguiba apparait dans ce cliché sur lequel figure, selon toute évidence, Habib Bourguiba Junior, encore enfant et né du mariage de ce couple.

En Tunisie, où la présence des Juifs remonte au moins au IIe siècle, la communauté de confession israélite comptait quelque 100 000 âmes en 1948. Elle n’en compte plus aujourd’hui que 2 000. 

La campagne de Tunisie, également connue sous le nom de « bataille de Tunisie », est un ensemble de batailles de la seconde guerre mondiale qui se déroulent en Tunisie entre le 17 novembre 1942 et le 13 mai 1943. 

Le protectorat français fut accueilli avec un certain enthousiasme par des juifs de Tunisie, convaincus que leur condition s'améliorerait sous l'égide d'une France qui avait été la première nation à émanciper les juifs. 

L’Association TGMM(Tunis Groupe Mémoire méditerranéene) organise un voyage culturel et touristique en Italie à Livourne,Florence et Rome du jeudi matin 17 novembre au dimanche soir 20 novembre 2016 sur les traçes des Gornis.

Dixième bey de la dynastie husseïnite, Ahmed Pacha (1837-1855) est connu pour sa politique de réformes. Il entreprend un programme de modernisation de l’armée et crée une école militaire qui allait  devenir la pépinière de la pensée moderniste, il procède à une réforme de l’enseignement, il abolit l’esclavage. 

L’épilogue de la guerre du désert a commencé sur la frontière égyptienne en 1941 et s’est terminée à Tunis le 13 mai 1943. C’est un grand évènement de la Deuxième Guerre mondiale, quand on sait que l’un des principaux acteurs, W. S. Churchill, le compara, dans ses mémoires, à la victoire de Stalingrad, en ajoutant que ce fut la première fois depuis le début du conflit qu’en Grande-Bretagne on éprouva un véritable sentiment de soulagement.

Il est admis que la présence des Juifs à Salonique date du 1er siècle avant l’Ere Commune. Lorsque les Romains détruisent le Second Temple et expulsent les Juifs de Judée, certains viennent s’établir à Salonique. En 1170, le grand voyageur Benjamin de Tudèle mentionne l’existence d’une communauté de 500 Juifs de culture grecque, dénommée Romaniote en référence à Rome. 

Alors que les conditions de détention souvent brêves pour ceux qui sont destinés dès leur arrivée au camp aux chambres à gaz, les Juifs ne renoncent pas pour autant à tenter des actions héroïques convaincus qu’ils ont tout à gagner en défiant leur bourreaux

Ces extraits, qui paraissent sous la forme d'un feuilleton, sont remplis de froideur, de banalités, de la haine des Juifs, telle qu'évoquée au cours d'un discours prononcé à Poznan (Pologne), le 4 octobre 1943, devant des officiers SS et qui devait rester secret.

De novembre 1942 à avril 1943, la Tunisie, alors sous protectorat français, est occupée par l'Allemagne nazie. Pendant cette période, les Juifs tunisiens sont persécutés par l'envahisseur, avec la complicité des autorités françaises du régime de Vichy.

Longtemps, j’ai entendu ma mère me raconter, qu’enfant, je perdais mes cils tant je pleurais. Longtemps, je ne me suis pas interrogée sur ce fait pourtant étrange parce qu’excessif mais, après huit ans d’analyse, quelques questions me viennent à l’esprit : pourquoi diable une enfant de deux, quatre ou six ans verse-t-elle tant de larmes ? 

Khaled Abdul-Wahab a caché deux familles juives dans sa ferme à Mahdia pendant quatre mois en 1943, sous occupation nazie. Eva Weisel, l’une des filles qu’il a sauvées, s’en souvient dans le ‘‘New York Times’’.

Né à Sousse (Tunisie) en 1913, Max suit les pas de son père comme avocat. Ce dernier était en effet bâtonnier au barreau de Casablanca. De fait, il est avocat à Paris. Nombreux confrères témoignent de sa droiture, comme si la disposition à l’héroïsme 

Contenu Correspondant