Share |

Le protectorat français en Tunisie

Le protectorat français en Tunisie

 

Le protectorat français fut accueilli avec un certain enthousiasme par des juifs de Tunisie, convaincus que leur condition s'améliorerait sous l'égide d'une France qui avait été la première nation à émanciper les juifs. Et de fait, la situation économique de la communauté juive prospéra à la faveur de l'économie coloniale. À la première école de l'Alliance israélite s'en ajoutèrent de nouvelles à Tunis, Sousse et Sfax. Mais la jeunesse juive fut aussi de plus en plus nombreuse à fréquenter les écoles publiques ouvertes dans les villes de Tunisie. La scolarisation des nouvelles générations engendra l'acculturation de la population juive. Les familles juives aisées abandonnèrent la hara pour s'installer dans les nouveaux quartiers " européens ". Des imprimeries juives furent créées qui permirent l'impression de livres de prière et de traités talmudiques composés par des rabbins tunisiens, mais aussi de publications en judéo-arabe.
Une littérature populaire en judéo-arabe (rédigée en caractères hébraïques) se développa vers 1860 avant de s'éteindre complètement en 1960. Comme toute littérature naissante, elle était composée d'œuvres d'emprunts, de traductions ou d'imitations de l'arabe, de l'hébreu et du français. Près de 1200 écrits verront le jour durant cette période : nouvelles, contes, élégies, chansons bédouines ou égyptiennes, polémiques, faits divers et problèmes d'actualité. À cette production, il faut ajouter plus de soixante journaux quotidiens, hebdomadaires ou bulletins éphémères. À son apogée, cette littérature locale dont le but était de divertir et d'instruire les masses dépassera les frontières de la Tunisie et sera lue dans tout le Maghreb, de Benghazi à Casablanca.
Les liens entretenus par la communauté juive de Tunisie avec celle de Palestine ne se démentirent jamais. L'émergence du mouvement sioniste en Europe inspira la formation de plusieurs organismes sionistes : Agoudat Sion, Yoshevet Sion, Terahem Sion qui, en 1920, s'unifièrent en une Fédération sioniste officielle. Des cours d'hébreu moderne sont dispensés, et un grand intérêt est manifesté pour les problèmes sociaux, économiques et politiques vécus par la communauté juive de Palestine. Dès 1929 est créé en Tunisie le mouvement pionnier Hashomer Hatsaïr, suivi, en 1933 du mouvement révisionniste Betar qui sera appelé à devenir la base de l'impulsion sioniste future en Tunisie.
L'adoption des mœurs et de la culture françaises s'intensifie. L'occidentalisation se traduit encore par l'adoption de nouveaux modèles familiaux et l'affaiblissement des pratiques religieuses dans les classes dites " évoluées ". Désormais les publications en judéo-arabe sont délaissées pour les journaux et revues en français, langue dans laquelle les écrivains juifs tunisiens d'après la Première Guerre mondiale publient leurs propres œuvres.
La loi française du 20 décembre 1923 ayant rendu plus aisées les conditions d'accès à la nationalité française, des juifs tunisiens demandent et obtiennent leur naturalisation. Prônée par les assimilationnistes, la naturalisation est combattue par les traditionalistes parce qu'elle leur semble accélérer la déjudaïsation, par les sionistes qui militent en faveur d'une solution nationale de la question juive et par les marxistes qui souhaitent que les juifs lient leur destin à celui de leurs compatriotes musulmans.
Si les juifs tunisiens mettent moins d'empressement à vouloir devenir Français, c'est sans doute parce que leur condition juridique s'est améliorée : au lendemain de la Première Guerre mondiale en effet la communauté juive avait été dotée d'un conseil d'administration élu au suffrage universel avec représentation proportionnelle des " Livournais " et des " Tunisiens ", par le décret beylical du 20 août 1921. Dans toutes les villes la population juive était en mesure de pourvoir à ses besoins en matière de culte et d'assistance. Le statut personnel des juifs de nationalité tunisienne était réglementé par le droit mosaïque et les tribunaux rabbiniques étaient les seuls compétents dans ce domaine. De plus, la population juive se trouvait représentée dans toutes les assemblées consultatives du pays : chambres économiques, conseils de caïdats, Grand Conseil. Si elle ne constituait qu'une faible minorité de la population totale de Tunisie - moins de 2,5 % en 1936 - elle possédait néanmoins tous les droits d'une minorité. Cette période portera en germe tous les signes des mutations futures de cette communauté que la Deuxième Guerre mondiale viendra perturber.

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant