Share |

Moyen-Orient

Manbij représentait la place forte de l’Etat Islamique dans le corridor menant à la Turquie, principalement par le poste frontière de la ville syrienne de Jarabulus [à majorité kurde], toujours aux mains de DAESH. 

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais vous avez surement entendu ce titre « Les derniers jours du prophète » , un livre historique, une enquête sur les derniers jours du prophète Muhammed . 

Pourquoi l'Occident, et plus particulièrement les États-Unis, sont-ils si impopulaires dans certains pays du tiers-monde et plus particulièrement dans des pays arabo-musulmans? 

Nous Arabes avons géré notre relation à Israël en dépit du bon sens ; le pire étant aujourd'hui la situation faite aux Palestiniens. La plus monumentale de nos erreurs a été de ne pas accepter le plan de partition de l'ONU en 1947.

Des femmes y brûlent des burqas, scandant : « Puisse Allah brûler les cœurs des membres de l’EI, comme ils nous ont brûlés, nous et nos hommes ».

Une fois son ippon réussi sur l’Egyptien Islam El-Shehaby, l’Israélien Or Sasson a essuyé un refus dans sa tentative de serrer la main de son adversaire. Les huées de la bouillante Carioca Arena 2 ne se sont pas fait attendre. Dans les coulisses, El-Shehaby est passé sans s’arrêter malgré les demandes de quelques journalistes israéliens.

On met la haine dans des quartiers en difficulté, on repère les enfants, on leur offre des stages de formation. Ce sont des groupes politiques qui utilisent le terrorisme comme une arme. Quand la haine est semée, on repère les enfants les plus faciles à fanatiser et on les envoie au sacrifice. 

La délégation olympique libanaise qui s'est rendue aux JO de Rio 2016 (5-21 août) a refusé que la délégation israélienne monte dans le même bus qu'elle empruntait pour se déplacer vers le stade Maracana, selon le site al-Mayadeen. Une information rapportée également par plusieurs médias israéliens.

Abbas est un négationniste falsificateur, auteur d’une thèse de doctorat qui aurait fait frémir d’aise Robert Faurisson. Ce fut l’un des séides de Yasser Arafat, le neveu égyptien d’Amin al Husseini, et l’un des financiers des assassins et tortionnaires des athlètes israéliens à Munich en 1972.

Nous avons souvent entendu cet énoncé qui nous cible, nous invite, nous interpelle, nous somme de nous exprimer contre ce fléau devenu mondial. Que ce soit en France, au Canada ou ailleurs, c'est le même appel, le même refrain: Pourquoi ne dites-vous rien?

Je n'arrive pas à croire, voire accepter, que nous devons vivre apeurés. Je ne veux pas accepter que nos libertés acquises, soient maintenant, mises à l'écart , car une nouvelle armée de tyrans fous, se met à semer la terreur et conquérir les plus grandes villes occidentales. 

Selon plusieurs sources arabes et européennes, le nouveau ministre saoudien des Affaires Etrangères, M. Adel al-Jubeir, aurait affirmé que son pays "a impérieusement besoin de l’assistance militaire israélienne afin de vaincre les rebelles yéménites" soutenus par l’Iran.

Le chef de l’exécutif hébreu s’est dès lors réorienté vers la Russie de Vladimir Poutine, discernant qu’il était un nationaliste russe philosémite. Il a mené une diplomatie d’ouverture non déclarée vis-à-vis des puissances sunnites du statu quo, confrontées au  péril djihadiste sunnite et à la montée en puissance de l’Iran.

Récemment une personnalité politique iranienne de premier plan, Issa Kalantari, a mis en garde contre les erreurs commises dans le passé par l'Iran désormais confronté à des réserves en eau si insuffisantes que près de 70 % de sa population, soit 55 des 78 millions d'Iraniens, seront forcés d'abandonner leur pays natal pour des destinations inconnues.

Le coup d’Etat de l’Armée avait été très mal préparé, Internet et les réseaux de téléphonie mobile n’ont pas été coupés, ce qui a permis aux partisans d’Erdogan d’organiser le contre-putsch.

Rien de tel qu’un coup d’Etat militaire raté, pour consolider un pouvoir en place… Le bruit court selon lequel Erdogan et ses services de renseignements savaient ce qui se tramait et ont laissé faire. L’objectif aurait été de purger l’armée de ses derniers récalcitrants et d’opérer un ultime (?) grand nettoyage au sein de l’administration 

Elle se battait contre les djihadistes de Daech aux côtés de milliers d'autres jeunes filles Kurdes. Elle est tombée au combat à Manbij où près de 2.000 terroristes, dont de nombreux en provenance d'Europe, sont toujours encerclés par les forces Kurdes en ce moment.

Dimanche dernier, Samekh Shoukry était en Israël pour une visite officielle. C’était la première fois en neuf ans qu’un ministre des Affaires Etrangères des bords du Nil se rendait à Jérusalem. 

En évoquant les attentats, Obama, Schulz et Hollande ne prononcent pas le mot d’islam radical. Pour G.W. Goldnadel, ce déni doit être combattu, faute de quoi les peuples risquent de s’habituer peu à peu à la barbarie.

Voici quelques jours, Mahmoud Abbas a prononcé un discours particulièrement abject. Ce n’était pas la première fois qu’il s’adonnait à cet exercice, et ceux qui l’écoutent attentivement savent que tous ses discours sont ignobles, certains simplement plus que d’autres. 

« Si ces profondes mesures ne sont pas entreprises, je pense que nous, Arabes, disparaîtrons… car nous n’avons pas d’identité [unique], et n’apportons rien à la construction du monde. »

La prochaine guerre avec le Hamas à Gaza sera-t-elle la dernière, comme l’affirme un haut responsable israélien de la Défense sous le couvert de l’anonymat, et pourquoi ? Est-ce l’effet de la nomination d’Avigdor Lieberman au ministère de la Guerre ou une nécessité stratégique ?

Maintenant que les gouvernements européens ferment la porte aux migrants illégaux du Moyen-Orient, où les Syriens et les autres migrants vont-ils pouvoir se rendre, sans trop s'éloigner de leur pays, pour trouver sécurité et emploi ?

Les défections, notamment de jihadistes occidentaux, se multiplient dans les rangs de Daech, et leur retour dans leurs pays d'origine est un casse-tête pour les services antiterroristes, selon des sources concordantes.

Contenu Correspondant