Share |

Les terrasses de Tunis, par Aldo Fanelli

Les terrasses de Tunis, par Aldo Fanelli

 

 

 

           

 

RACINES

 

Dernier d’une famille de 6 enfants (3 filles et 3 garçons) de parents Italiens, je suis né  àTunis en 1947 dans une vieille maison aux portes de la médina, entre la rue des glacières et la rue sidi kadous, plus précisément au 7 de la rue sidi bou Menedjel.

                                              rue sidi bou menendjel

En 1957 après le décès de notre mère (sa tombe est au cimetière du borjel, dans sa terre natale) Notre père décida sans hésiter de rejoindre d’autres de ses enfants installés en région Parisienne depuis 3 années au moins.

certains de nos cousins partirent quelques années après nous, à Marseille D’autres, s’installèrent en  Italie (à Latina)

Le 9 avril 1959 au matin ‘le paquebot ” ville de Tunis” nous largua dans le port de Marseille, dans un tohu-bohu indescriptible, fatigués, hébétés par une traversée mouvementée du golfe du lion.

                                                            

                                                        

le ville de tunis

 

 Beaucoup de petits enfants pleuraient par le manque de sommeil, et les adultes séchaient leurs larmes .ils venaient pour la plupart d’entre eux , de comprendre qu’ils ne reverraient plus jamais peut être leur terre natale, leurs maisons, leurs villes, ou leurs quartiers, là ou ils avaient grandi, joué, aimé, puis rire et souffrir, toute une vie quoi !

Le grand-père maternel Antonio,naquit   en 1878  en  Sardaigne  à  Gergei province de Cagliari.Il s'exila  tout jeune en Libye dans les années 1900,et y rencontra sa future épouse Maria qui elle ,vit le jour  dans ce même pays,à Tripoli en 1877. Elle fut élevée par sa grand Mère,qui était femme de chambre au service des enfants du roi d'Italie .et comme il etait de tradition à cette époque là, le mariage se fit dans la ville du jeune époux,à Gergei. (Sardaigne)

Les jeunes mariés, décidèrent d'aller tenter leur chance en Tunisie.Le grand Père Antonio,travailla dans les mines de phosphates à Kalaa-Djerda (entre Thala et Le Kef) puis ils fondèrent une grande famille composée de 7 enfants.(5 filles et 2 garçons )

Notre Mère Rose y naquit en 1907, seconde de cette petite tribu, ils décidèrent finalement d'aller s'installer dans la capitale, ou ils eurent en gérance un petit hôtel.

Le grand- père paternel Giuseppe, né en 1886 à Gioia del Colle province de Bari, était couturier, il y épousa notre grand-mère Maria Vita , née en 1889 dans la même ville (décédée à l’âge de 103 ans ça donne de l’espoir !!) Ils eurent 5 enfants (3 filles et 2 garçons)

Mon père fut l'ainé de cette grande famille,il naquit en 1906 dans cette même ville ,et se déstinait au métier d'ébéniste .

Une fois la famille fondée, lls firent une première incursion en France, à Lyon dans les années 1920 -1925 afin d’y trouver une meilleur condition de vie, mais ce fut de courte durée.Ils allèrent ensuite eux aussi, et par un curieux hasard, tenter leur chance,à Tripoli, (Libye) mais préférèrent s’exiler comme bon nombre d’italiens a cette époque là en Tunisie. Ils s’installèrent dans un hôtel (devinez lequel ?)  et c’est ainsi tout comme dans un roman, que Pierre rencontra Rose  et…nous voilà !

Le but de ce blog, n’est pas tant de raconter l’histoire de notre famille si importante soit elle a nos yeux, mais tellement identique a toutes celles qui vivaient dans ces quartiers populaires. Une vie simple, des gens ordinaires, des travailleurs loin de leurs terres natales, vivants dans des appartements a la limite du confortable et pour certains dans la misère.

Mais aux yeux de l’enfant que j’étais, les gens autour de moi semblaient heureux, mon quartier me semblait le plus beau, ainsi que la vieille maison ou je suis né, coincée dans la ruelle si étroite ou aucun étranger au quartier ne venait s’y perdre. Et puis là haut, ma blanche terrasse, mon univers …

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Nos histoires sont les mêmes, mes origines siciliennes, Marsala et Mazzara del Vallo, grand père maternel artisan ébéniste, errant avec 7 enfants de sicile en Tunisie, puis en Egypte, incursion au Maroc, Marseille et pour finir se stabiliser définitivement en Tunisie vers 1914/15. Moi même né à Tunis ou j'ai vécu mes plus belles années (23) de ma vie et ou j'ai épousé une belle juive tunisienne avant de partir avec un enfant suite aux "événements" de Bizerte pour la Suisse (merveilleux pays) ou je vis toujours avec mes 2 enfants et 2 petits enfants. Vive la TUNISIE, Vive la FRANCE, Vive la SUISSE et Vive la....SICILE. Merci à Harissa pour tous ses articles intéressants

Emouvant, touchant, j'ai l'impression de avoir perdu une partie de mon enfance quand vous êtes tous partis....

Moncef

Oui nous sommes tellement nombreuxà ressentir les mêmes émotions. Ce fut une vraie déchirure et une cicatrice indélébile . Mais seuls les déracines comme nous pouvons comprendre . Mais après nous je pense que çe sera l oubli
L indifférence ........hélas .

Pour ma part. Mes origines sont maltaises et j ai vécu à Tunis

Pour chance , ala volonté de Dieu , ni chalah

Bonne santé et bonne fêtes de fin d année

comme vous le dites si bien, histoire identique de ma famille, origines italiennes du côté de ma mère (Pantelleria et Algérie)et françaises du côté de mon père(Algérie), nous étions heureux en Tunisie. Anne-Marie

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant