Share |

Tunisie 1910 - 1960 - Par Victor Sebag

Tunisie 1910 - 1960

Victor Sebag

 

 

L'histoire débute un peu à la manière des contes de fées. Nous sommes en 1910, Mohamed Naceur Bey, 15e monarque husseinite, offre au jeune Victor Sebag pour son treizième anniversaire un appareil photo. Dès lors, son destin est scellé : Victor sera photographe. Plus rien n'échappera à son regard : la rue, la Cour, le ciel, la mer, et le désert, les Tunisiens, les Français, les Italiens et tous les autres. Des milliers de plaques de verre et de clichés d'une diversité et d'une qualité remarquables qui constituent aujourd'hui la mémoire visuelle de notre XXe siècle.

Parti centenaire, après plus de 60 ans de prises de vue, le reporter du Petit Matin, de l'Afrique du Nord illustrée, de l'Excelsior, du New York Times, nous est enfin restitué. Si l'on regarde ailleurs, son oeuvre n'est pas sans évoquer la ligne de la « Photo Sécession » américaine et son chef de file Alfred Stieglitz. Comme son aîné, il juxtapose des univers distincts, s'ouvre à toutes les communautés, souligne leur proximité, mais ne feint pas de les confondre. Comme lui, il pense que, sans céder sur la vérité du contenu, le reportage et la photo de presse doivent être des oeuvres d'art. Il sait que tout jeune bon photographe est d'abord à la recherche d'effets artistiques, mais qu'il mûrit nécessairement dans la découverte de la puissance esthétique de la réalité elle même.

Sebag, sans en faire partie, évolue à sa manière dans l'esprit de la prestigieuse Camera Work de Stieglitz. Mais Sebag est avant tout Ibn As Sabbâgh, transcription arabe de son premier passeport. Il évolue surtout dans son pays. Ce pays à propos duquel un vieil ami, photographe italien, me dit un jour : « ici, tout est photographique, la lumière est prédestinée, vos rues sont une scène, vos cheikhs sortent des dessins de Bellini, vos rabbins sont des Rembrandt... le plus difficile ce n'est pas de trouver la photo à prendre mais celle à laquelle il vous faudra renoncer. » l'ami est flatteur, mais il s'était gardé de dire que tous les Tunisiens étaient photographes.

Quelques uns le furent et des meilleurs, parfois dans l'ignorance de leurs talents d'exception : les Tunisiens Chikly, Sfar, Saâdoun, Bsaïla, Haïk et les adoptifs, Garrigues, Soler, Lehnert. Comme tous les pionniers, les devanciers de Sebag se sont essayés à plus d'un genre mais il est incontestablement le premier à avoir trouvé rapidement sa propre ligne. Sa facture est reconnaissable parmi toutes.

Très tôt et dès ses premiers exercices de jeunesse, Sebag ne faisait déjà plus que du Sebag. Il était toutefois trop modeste pour s'en réclamer. Ce livre est le résultat de plusieurs années de travail. Visionnage, tri, restaurations chromatiques, recherches documentaires. Il est aussi l'histoire d'une rencontre et d'une collaboration exceptionnelles avec Gérard Sebag, détenteur de ce fonds photographique quasi mythique, à qui nous tenons à rendre un hommage appuyé. Sans sa confiance, sa disponibilité et sa profonde connaissance de l'oeuvre de son père, rien n'aurait été possible. Nous avons, ensemble, redécouvert le travail de Victor Sebag, et nous sommes fiers de lui rendre la place qu'il mérite.

 

Achat en ligne : http://www.ceresbookshop.com/67-tunisie-1910-1960.html

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant