Share |

Une Exposition de notre ami Jaco Halfon, par Abraham Bar-Shay

Une Exposition de notre ami Jaco Halfon

 

Propos adressés à notre cher Jaco

Je comprends que ta modestie te fasse hésiter de publier, sur ton site "Harissa.com", un article qui parlerait de toi et de ta nouvelle exposition. Je suis sur que s'il s'agissait d'un autre artiste, tu n'aurais eu aucun dilemme.

Alors en ce cas, comme chacun d'autre l'aurait fait, je suis sur que tu prendras en considération l'intérêt de tes lecteurs et l'importance des idées présentées dans le texte. 

Mais rassure toi, en plus de l'analyse de quelques unes de tes œuvres, je discuterai, plus largement, de créations d'autres artistes que tes œuvres avaient évoquées en moi.

                           ------------------------------

Une Exposition de Jaco Halfon

Je viens de recevoir une invitation au vernissage (un mot anachronique de nos jours) d'une exposition des œuvres de notre Webmaster, notre ami Jaco Halfon; dans sa ville, Los Angeles.

L'ouverture était  jeudi 12 décembre.

L'exposition s'appelle "LUMIERE SUR LES SYMBOLES". Jaco a voulu attirer notre attention sur son adaptation de certains signes connus.

Son interprétation, des symboles, montre qu'il  a trouvé dans chacun d'eux, un esprit (dans le contenu) et une esthétique (dans la forme) qu'il a voulu partager avec son public.

 Un symbole est un signe, une couleur ou une lettre prise dans un alphabet différent (le grec généralement). En somme c'est une figure abstraite qui représente une idée, que seule une convention agréée peut permettre à  chacun de nous, d'évoquer la même idée qui aurait normalement exigé une grande et laborieuse description.  En général, un symbole choisi ne rappelle, par sa forme, pas de lien direct avec son origine.

Notre ami a choisi, parmi ces 26 œuvres retenues sur les centaines de symboles convenus, celle représentant la lettre grecque "PI", comme emblème, de l'invitation à son exposition.

Cette lettre est peut être le premier caractère étranger que les jeunes élèves rencontrent à l'école.

L'enfant s'approprie très tôt, à part les caractères de sa langue maternelle, plusieurs signes abstraits: la virgule, le point et tous les signes du calcul arithmétique. Donc nous sommes déjà habitués, depuis notre jeune âge, à assimiler des signes abstraits qui disent plus que ce qu'une lettre de l'alphabet veut dire; par exemple un point d'interrogation provoque, entre autre, un état d'âme un peu confus, une intonation distincte et l'attente d'une possible réponse.

Jaco  consacre, depuis des années, son temps à permettre à plusieurs d'entre nous de revivre des chapitres de notre histoire et celle de nos ancêtres. Il a donné, à certains, l'occasion de se  sentir historiens, poètes, artistes ou conteurs.

Ainsi, Jaco n'aurait pas pu réaliser une exposition aussi importante sans y  intégrer de créations qui rappelleraient certains symboles du patrimoine de notre communauté.

Les développements de l'Art Contemporain attire notre curiosité, alors permettez moi d'analyser ici, 3 des œuvres présentées dans cette exposition.

C'est une lecture est personnelle et toute critique est légitime et bienvenue, sur mon Email à la fin de l'article, ou comme commentaire sur ce site.

 

La KHAMSA

JACO SYMBOL 3.jpg

 

Les mauvaises critiques diront que certaines images présentées ici, comme la KHAMSA,  sont trop concrètes pour être des symboles. La vérité est que nous ne connaissons, et nos parents aussi, rien de plus symbolique que la Khamsa. Elle était le bouclier contre  le mauvais œil et le sort maléfique. Sa force était si  puissante, que les gens du Sud ne prononçaient jamais le mot "cinq" devant leur interlocuteur. Ils disaient "compte ta main". Par exemple, ils disent aussi "compte ta main 3 fois" pour dire le chiffre 15 .

Pour un américain, la Khamsa n'est peut être pas plus qu'un objet folklorique, mais pour tout Tune elle a surement un sens plus profond, même s'il n'y croit pas.

Pour montrer la force et la magie que possède la Khamsa, Jaco l'a entourée de lignes lumineuses qui radient comme une sorte d'auréole ou comme des lignes d'un puissant champ magnétique. Les Vecteurs qui sont marqués sur chacun des 5 doigts montrent en somme les lignes génératrices de ce magnétisme protecteur contre le mauvais œil. De plus, pour nous montrer le lieu où ce signe continue à avoir, et a toujours eu, une grande popularité, je veux dire l'ile de Djerba et le Sud Tunisien,  Jaco y a dessiné la "double Menora". On trouve, même aujourd'hui, ce signe dessiné sur les murs des maisons Juives de l'ile, juste à l'entrée, comme pour protéger ceux qui y habitent.

 

Cette double Menora est récente, il y a quelques années ce "double-candélabre" n'avait que 5 branches de chaque coté de la ligne horizontale de symétrie. Cela représentait en somme une double Khamsa.

Clip.jpg

L'origine de cette figure est un antique symbole, de leurs ancêtres les berbères, qui était le dessin d'un double Trident. Nos amis lui avaient simplement ajouté une courbe (en U), pour en faire une double Khamsa. Plus tard,  encore une courbe supplémentaire et ils avaient obtenu la Menora. Pour leur voisins arabes, ils disaient que c'était pour ne pas offenser les voisins, avec le signe à 5 branches.

 

La  lettre grecque "Pi"

La lettre "Pi" a été choisie parce qu'elle était la première lettre du mot qui désigne le pourtour d'un cercle : Periphery (en Anglais), Périmètre (en Français) etc..

Les mathématiciens appellent ce symbole "Pi", que sans lui rien de circulaire ne pouvait être conçu et qui a une valeur ayant un nombre infini de décimales (3.14159…), un nombre irrationnel transcendantal. Cela donne la possibilité à des interprétations de transcendance mystique, mais ne nous emballons pas trop.

Ce nombre infini de décimales de Pi a créé comme une compétition entre les ordinateurs super puissants: qui pourra en calculer le plus grand nombre ?

Si vous visitez le Palais de la Découverte, à Paris, vous pouvez vous trouver au milieu d'une salle Ronde: la "Salle Pi". Sur la "ceinture",  au dessus des fenêtres, la valeur de "Pi" est inscrite sur une spirale continue de  740 chiffres. Pour lire toutes les décimales, il vous faudra faire 4 tours sur place.

Palais de la Decouverte Paris.jpg

 

L'utilisation de ce signe ne date pas plus de 2 siècles, ce qui peut paraitre surprenant, car l'emploi de la lettre grecque "Pi" aurait pu être associé à quelque chose qui viendrait de l'antiquité.

 

L'étoile à 5 Branches

JACO SYMBOLS  2.jpg

 

Le 3e symbole est une étoile à 5 branches dont les pointes touchent de plus petits cercles. Ces cercles sont reliés par les arcs du grand cercle extérieur qui se détache de la toile de fond. Ce qui est intéressant, ce sont les figures qui remplissent le fond à l'intérieur du grand cercle. On y voit dans un collage d'une foule de signes, des "5", des lettres " FIVE" et "CINQ" et la "KHAMSA" qu'on distingue du premier coup.

On dit que tout artiste est fier d'être un maillon d'une longue chaine que sont  l'Histoire de l'Art et de la Créativité Humaine. Il exprime cela en introduisant dans ses œuvres des éléments qui rappellent subtilement le talent de ses ainés.

L'utilisation de l'étoile à 5 branches et le numéro "5" ont déjà paru dans l'art du 20e siècle. En 1928 le peintre américain  Charles Demuth (1883-1935) a peint, sous l'influence d'un poème écrit par un ami, une œuvre abstraite où le chiffre "5" figure sur toute sa hauteur. L'artiste l'a répété  encore 2 fois à des échelles différentes.

demuth 5.jpg

Demuth a passé quelque temps à Paris et fréquenté les grands artistes du début du 20e siècle. Il a  créé plusieurs œuvres, presque dans tous les styles de l'époque. L'année de sa disparition, 1935, nait un autre grand artiste américain, le peintre sculpteur pop: Robert Indiana. C'est lui qui  a créé de grandes sculptures faites de 4 lettres (amour) en Anglais, en Espagnol et même en Hébreu. En Français "AMOUR" exige 5 lettres et n'a pas pu faire part de la série de sculptures.

Indiana a vu, en 1963, la peinture de Demuth "le nombre 5 en Or", il l'a aimée et en a adopté le sujet, au point d'en faire une des icones les plus emblématiques de l'art américain moderne.

Il a gardé la primauté du chiffre "5" dans son œuvre, tel qu'il figure chez Demuth, mais il a ajouté à son œuvre, la construction géométrique du pentagone ("5" cotés) qui lui a permis de dessiner la grande étoile à 5 branches, qu'on associe au Pentagramme, ce talisman pris du monde cabalistique.

INDi 63.jpg

Indiana devait surement savoir que la construction du pentagone (à la règle et au compas), passe par la construction du rectangle dont le rapport des cotés est un nombre (non moins connu que le nombre "Pi"), qu'on appelle "Phi" ou "la Section d'Or".

pentagone.jpg

Cette proportion a été traitée par les artistes et les architectes depuis l'antiquité jusqu'à nos jours. Entre autre, elle a été nommée: "la Divina Proporzionne" par Leonard de Vinci. Le Corbusier a dessiné son "Modular" autour de la Section d'Or.

 

Conclusion

Un symbole n'a généralement rien qui ressemble à ce qu'il représente, c'est nous qui lui avons donné sa signification.

Un symbole, quoique pris sur un monde de signes anciens ou même modernes, est une "création nouvelle" universellement reconnue dans ce qu'elle représente, et ceci dans toutes les langues.

Peu se rappellent qu'une étoile à 6 branches, le symbole du Judaïsme et la partie principale du drapeau d'Israël, fut un signe d'origine hindoue (ou de l'Egypte antique). Ici on ne peut ne pas se rappeler que même la couleur peut constituer un symbole en elle-même, et quand par exemple cette étoile prend la couleur jaune toute sa signification change complètement.

Parmi les artistes de l'art contemporain, notre ami a bien choisi d'éclairer les valeurs et l'esthétique des Symboles ainsi que leur place dans notre vie et dans notre communication.

Souhaitons lui bonne chance pour son exposition, qui j'en suis sur sera appréciée par  le public et les connaisseurs.

Une création dans le style contemporain peut jaillir des murs du Musée et exhiber ses valeurs artistiques  en s'épanouissant dans les écrits et les critiques des initiés et dans les médias. Ces connaisseurs peuvent nous aider à découvrir la subtilité de l'œuvre et de celui qui l'a créée, nous éclairer dans la lecture de sa conception et accroitre notre plaisir esthétique et notre appréciation. 

 

Abraham Bar-Shay (Ben-Attia)

absf@netvision.net.il  

 

 

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Voila un jet spontané en dessins, représentations et croquis orné de PI ! monsieur J.H. Et la photo de famille ! je l'ai vue !
Il nous est permis de laisser des commentaires sur ce site.
On ne sait pas à quoi Mr ressemble mais on sait un peu comment il pense ! merci monsieur Jaco halfon! c'est joli ! on sent bien le respect qui vous entoure.
Tout ou presque est symbolique, parfois kabbalistique, ésotérique , mystique .... berbère, hindoue .....en tout cas une grande sensibilité se dégage de vos souvenirs d'enfance ou de jeunesse certainement vous batissant ainsi une muraille rassurante à travers les formes et les couleurs pour apporter un bien-être tant physique que mental rassurant ...... comme un air de bonheur aussi .

OUI L "étoile" n'a rien à voir avec David le Roi.

Bonne continuation Monsieur Halfon !

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant