Share |

Mon mec non-juif...Une belle histoire vraie !

 

Mon mec non-juif...Une belle histoire vraie !

 

 

 

J’étais farouchement opposée aux mariages mixtes. 

Alors pourquoi m’étais-je éprise de ce non-juif au physique ravageur ?

J’avais toujours été celle qui clamait haut et fort qu’elle n’épouserait jamais, au grand jamais, un non-juif. Ce n’était même pas par crainte de la réaction de mes parents. Eux n'avaient même pas besoin de me le dire ou de s’en inquiéter : mon éducation juive tant à la maison qu’à l’école était mon garde-fou. J'étais tellement attachée à mon identité juive qu’une trahison de ma part n'était même pas une statistique envisageable.

Certains de mes amis commencèrent à sortir avec des non-juifs. 

Je coupai les ponts avec eux en signe de protestation silencieuse, puisque mes mots, eux, n’avaient guère réussi à leur faire entendre raison. J’en vins à la conclusion très imbue de ma petite personne, que nous n’avions rien en commun puisqu’ils avaient décidé de reléguer leur identité juive au placard. Pour ma part, je me sentais très maître de la situation avec la mienne, si bien que je devins même responsable d’un mouvement de jeunesse sioniste et me mis à fréquenter tout un nouveau groupe de gens remplis d’idéal.
Rabbi Hillel dans le Talmud nous met en garde, il faut se montrer prudent et éviter de porter un jugement sur autrui si nous n’avons jamais eu à affronter une telle situation. Et je fonçais tout droit vers ces mêmes situations.

Le prince charmant

Un beau soir, j’ai assisté à une soirée organisée pour des amis qui rentraient d’un séjour d’un an en Israël. C’était un beau moment, chargé d’inspiration, de souvenirs et de promesses d’avenir. Alors que nous étions tous réunis autour des albums-photos, j'ai fait comme si je n’avais pas remarqué le type séduisant assis à côté de moi.

Tu ne sors pas avec des non-Juifs, et il le comprend très bien. Il veut juste faire ta connaissance.
Je ne me souviens pas lui avoir fait la conversation, mais apparemment j’ai bien dû marmonner deux ou trois remarques pas trop stupides, car le lendemain matin, l’organisatrice de la soirée m’a informée que Mr. Beau Gosse avait demandé après moi. 

Alors que je reprenais lentement ma respiration, elle a mentionné en passant : « Oh, je lui ai dit que tu ne fréquentes pas des non-juifs, et il le comprend très bien. Il veut simplement faire ta connaissance. Il t’a beaucoup appréciée. »

La situation était délicate, pour le moins qu’on puisse dire. Je me retrouvais donc poursuivi par un type au physique ravageur et sans aucune concurrente sur la liste. (Un peu…) Monsieur était cadre dans une boite de publicité. (Beaucoup…) Monsieur avait une moto. (Passionnément…) Et, si tout cela ne suffisait pas à satisfaire mon ego, Monsieur était pilote d’avion. (A la folie…)
A l’aide !

Une nuit inoubliable

Nous avons convenu d’une date pour nous rencontrer. Je m’étais convaincue que ce ne serait qu’une soirée totalement inoffensive qui viendrait rajouter des points à mon profil de séductrice. J’ai décidé de ne rien dire à mes parents.

Au début, on a vroumé un peu sur sa moto. Puis on a parlé, et ri, et parlé et ri encore. Bon Dieu… C’était plus difficile que je ne le pensais. Je ne voulais pas que la nuit se termine. Lui non plus. Alors, chose incroyable, à la première rencontre, nous avons déjà évoqué sa future conversion… C'était son ticket gagnant, il aurait droit à une deuxième rencontre.

Et une troisième, et une quatrième. Les choses devenaient sérieuses, mais je refusais d’en voir les conséquences puisque, comment vous vous en souvenez, j’étais une farouche opposante aux mariages mixtes. Il me fallait me rendre à l’évidence, je ne pourrais plus longtemps cacher cette situation à mes parents.

Le cinquième commandement

L’aveu s’est déroulé dans un restaurant. J'ai simplement informé mes parents que je sortais avec un non-juif, mais surtout qu’ils ne s’inquiètent pas. Ils devraient me connaître assez bien pour savoir que je n'allais jamais l'épouser. Ils n'ont pas dit grand-chose et c’est tout à leur crédit. Non pas parce que nous étions dans un lieu public, mais parce qu'ils étaient assez intelligents pour savoir réfléchir avant de parler. Le dîner s’est terminé péniblement, avec comme bruit de fonds le triste cliquetis des couverts, chacun jouant avec la nourriture dans son assiette, nourriture que nous n’avions pratiquement pas touchée.

Je voulais tellement honorer mes parents. Pourquoi ne pouvaient-ils pas m’accorder leur confiance ?
Le lendemain matin, j’ai servi à mon père, comme à mon habitude, son traditionnel petit-déjeuner du dimanche au lit. Il m’a remerciée d’une petite voix. Il pleurait. Je ne l'avais pas vu verser une larme depuis que sa mère était décédée, plus de dix ans auparavant.

Plus tard, alors que j’aidais ma mère dans la cuisine, elle a déclaré soudainement : « Je veux que tu saches que nous ne serons pas impolis avec lui si tu l'amènes ici. Mais ne compte pas sur nous pour être autre chose que courtois. Cela sera tout simplement trop dur. »
Je voulais tellement honorer mes parents. Pourquoi ne pouvaient-ils pas m’accorder leur confiance.

En quête d'un conseil juridique

Le lendemain, je me suis retrouvée en voiture avec mon père. Nous nous sommes garés devant la maison. Nous sommes restés assis là pendant plusieurs minutes, chacun de nous, perdus dans nos pensées. Moi, dans ma bulle d'auto-gratification optimiste, et mon père lui, portant le deuil de la perte potentielle de générations futures. C’est moi qui ai fini par briser ce silence pesant :

— Papa, pourquoi est-ce si important que les Juifs se marient avec des Juifs ?

— Parce qu'il est important que nous préservions notre héritage qui est unique, a-t-il répondu, surpris que cette question si fondamentale émane de moi.
Désolée, je refusais d’avaler ça. Aussi, ai-je riposté :

— D’accord, mais qu’est-ce qu’il y a de si particulier dans notre héritage, je veux dire, pourquoi est-ce TELLEMENT important qu'il y ait des Juifs dans le monde ? 

— Parce que nous sommes censés être une lumière parmi les nations, a t-il renchéri, se demandant comment tout cela allait se finir. Je continuais à bien appuyer, avec comme cible, sa trachée artère.
Si notre héritage est si spécial, pourquoi est-ce que nous mangeons au McDonald et que nous n’observons pas Chabbat?

— Alors, papa, si notre héritage est si spécial, et que nous devons être une lumière parmi les nations, et que tout mon avenir en dépend, pourquoi est-ce que je mange au McDonald et pourquoi bon sang n’observons-nous pas Chabbat! »
De nouveau, le silence. Cette fois-ci, c’est à mon père de le briser : « Je ne sais pas. Je suppose que je n’ai jamais pensé à ça jusqu'à présent, a-t-il admis, un brin honteux.
Pour la première fois, j'avais rendu mon brillant avocat de père muet. Mais il lui restait encore un atout dans sa manche. Sa logique riche d’expérience.

— Écoute, si, comme tu le dis, tu ne vas surement pas te marier avec ce type, alors pourquoi diable continues-tu à le fréquenter? Si c’est dur pour toi d’arrêter de le voir maintenant, imagine alors combien ça va être difficile plus tard, puisque de toutes les façons, il y aura un moment où cette histoire devra s’arrêter, d’après ce que tu dis. Pourquoi une fille intelligente devrait-elle s’infliger ça à elle-même, ou pire, à la personne dont elle prétend se soucier ? 

Il avait raison.

Mon cœur était rempli de respect pour mes parents et du désir de leur plaire. Je sentais tout le poids de mon identité juive sur mes petites épaules. Qu’est-ce que j’essayais exactement de préserver et de protéger? Après tout, je n'étais pas religieuse. Pourquoi avait-il toujours été si évident, si clair pour moi que je ne me marierais qu’avec un Juif ? Et qu’était-il donc arrivé à cette certitude?

Pour moi, le fait d’être Juif avait toujours été facile, allant de soi. Une école juive, des amis juifs, une maison traditionnelle juive. Il n’y avait jamais eu de remise en question, de menace, de tentation. Aucune raison d’y penser ou de soulever un peu mes ornières. Mais à présent, sonnait l’heure de vérité pour mon éducation juive, testant ainsi son excellence. 

Allait-elle se révéler suffisante pour me sauver?

Alors j’ai pris la barre des témoins. Pour la première fois de ma vie, j'ai réfléchi en toute conscience à ce que j’étais, à ce que je voulais être, et à ce qui m’importait sincèrement. J'étais d'abord et avant tout une Juive. Mon héritage était important. Je voulais qu'il puisse continuer à faire partie de ma vie. Et il était vital que mon futur mari ressente la même chose.
Mon verdict est tombé : Seule une forte identité juive sauve les Juifs.

La rupture

A partir de là, la décision n’a pas été si difficile que cela. Un appel téléphonique bref et tendu a sonné le glas de ce qui aurait pu devenir l'erreur de ma vie. Je ne l’ai plus jamais revu ni ne lui ai jamais parlé depuis, bien que j'en aie pleuré pendant des jours. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais cela doit avoir un lien avec mon âme.

Cette histoire s’est déroulée il y a près de vingt ans, mais en regardant de nos jours les chiffres effrayants de l’assimilation, elle aurait pu tout aussi bien se dérouler hier.

J'ai failli devenir moi-même une statistique, si ce n’est ce facteur rédempteur: je me souciais de mon identité
Je crois que c'est le facteur qui peut faire la différence. Celui que nous devons développer dans nos communautés : le fait de nous soucier de notre identité, le fait de nous soucier du peuple juif, de notre héritage, de notre message aux nations, de notre passé, de notre avenir, de nos  générations futures. 

Nous soucier de nos parents, nous soucier les uns des autres. Si nous voulons que le peuple juif survive, nous devons nous soucier de toutes ces choses, bien plus que de notre propre petite personne.

Revenir à l'essentiel..

Comment pouvons-nous de manière concrète entretenir une relation saine et épanouie avec notre Judaïsme ? Cela commence, se poursuit et se termine dans nos maisons. Point final.
Entretenir une bonne relation avec notre Judaïsme commence, se poursuit et se termine à la maison. Point final.

Toutes les écoles privées juives, les activités extrascolaires, le tutorat, les groupes de jeunes, les activités sociales, les événements communautaires, les sites internet, les clubs de rencontres et les groupes de soutien doivent livrer un combat de titan en terrain difficile et se trouvent en net désavantage face aux multitudes de Juifs qui grandissent dans des maisons vides de tout Judaïsme.

Les établissements d’éducation juive et les groupes communautaires sont les lignes de survie nécessaires qui relient nos maisons à notre avenir collectif. Nous avons besoin de nous nourrir de plus de Judaïsme afin d'assurer leur succès.

Nous voulons que nos enfants comprennent l’importance de ce que signifie être juif. Nous avons besoin d’alimenter leur identité juive, au point qu'elle en devienne innée. 

C’est dans nos foyers que nous la cultivons et dans nos maisons que nos enfants apprennent à en prendre soin. Nos foyers sont l’endroit dans lequel nous apprenons à nos enfants ce qui importe et ce dont il faut prendre soin.

Beaucoup de gens ressentent la nécessité de faire un grand sacrifice pour vivre leur Judaïsme. Ne pas le vivre constitue un bien plus sacrifice. 

Nous ne pouvons renoncer et nous satisfaire de cette situation par manque de financement, de connaissances, d’une bonne adresse ou d’un cercle social adapté. La bonne nouvelle est que le fait de se soucier d’autrui n’exige aucun sacrifice. Bien au contraire, c'est une chose agréable et à la portée de tous.
Comment pouvons-nous introduire une dose de Judaïsme dans nos maisons ? 

Demandez donc à ceux qui ont grandi avec, ils vous répondront tous la même chose: ce sont les rituels les plus simples qui ont le plus d'impact. 

L’allumage des bougies le Chabbat, la décoration de la Soucca ou manger les Matsot à Pessah, la présence de Mezouza sur chaque porte, ou celle de livres juifs posés fièrement sur la table du salon, la récitation du Chema Yisrael avec ses enfants, l’accrochage d’un drapeau israélien lors de la Journée de l'Indépendance d'Israël. 

Ce sont ces moments-là  qui très certainement, peuvent enfin faire apparaitre un Juif que son identité ne laisserait plus indifférent : ces moments qui le cisèlent, qui le modèlent, qui le tirent véritablement de cette matière à l’état brut que représente la menace de l'assimilation.

Notre Torah et notre calendrier juif sont remplis d'un véritable trésor, celui de nos traditions et de notre rituel, qui mettent en valeur nos vies et rehaussent de façon unique nos expériences, par des instants mémorables de célébration et de sagesse, tous parfumés de cette saveur juive inimitable

Ce sont ces moments qui m'ont gardée, brebis un instant égarée, dans le troupeau. Ils peuvent aussi avoir un impact sur vous et sur vos enfants.

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

On se marie en étant ceci ou cela (et on fini" souvent autre"!) .........

ON doit savoir qu'avec le temps on change

on évolue ENSEMBLE ou PAS ! ! ! .......

Là, intervient l'intelligence,

l'amour, la tolérance ..... RIEN N'EST ACQUIS. R I E N .

DONC parler de TOUT et AVANT le mariage fifty fifty ! sinon .........

BON COURAGE ! ! !

C'est là qu'on voit combien les chefs religieux ne sont d'AUCUN secours. ALORS?? ALORS vérifier par soi-même !

"Je resterais dans ma religion que j ai herite de mes grands parents et parents avec ma patos de femme et mes battards d enfants en esperantq leurs donner une grande ouverture d esprit beaucoup d amour et de joie et une education leur permettant d etre une lumiere dans le noir au lieu d etre une lumiere parmis les lumieres."

Le enfants de père juif et mère non-juive ne sont pas des batards, ce sont des non-juifs !!

(Un peu de respect pour les non-juifs !! )

Et tous les juifs ne sont pas des lumières !!!

Certes, vous les placez dans une situation difficile, car ils ne sont pas juifs et pourtant seront considérés par la plupart (peut être par eux même) comme des juifs...

Les non-juifs sont aussi les créatures de D ieu

http://www.akadem.org/medias/documents/--4-LoisNoahides.pdf

Je leur souhaite de trouver leur voie...

J'avoue me demander si l'agence juive n'est pas derriere cette histoire si parfaite. Si tu existes bravo pour ce temoignage, c'est courageux, c'est dit sans pudeur mais les mots sont, je trouve, les bons.

Je suis effaré des commentaires du style "Ce sectarisme est effrayant. N'est-ce pas l'individu qui compte, avant sa religion ? Personnellement, je place les qualité humaines d'une personne avant ses croyances."

Dans cette histoire, QUI PENSE AUX ENFANTS ?? UN MARIAGE MIXTE c'est garantir à l'enfant d'avoir une identité TRÈS DIFFICILE à construire, le pire étant quand le père est juif et la mère non juive (l'enfant n'a aucune attache dans aucune culture, sauf à lui 'faire croire qu'il est juif' ou à le convertir au christianisme).

Lorsque seule la mère est juive, l'enfant est juif mais il est aussi chrétien et il sera "déchiré" entre les 2 cultures, avec toutes les conséquences néfastes que cela peut avoir

Un exemple : je connais une américaine de père juif et de mère non juive qui a été embrigadée dans une secte pendant 10 ans (dirigée par un juif d'alleurs) - elle m'a dit récemment : mes parents regrettent de ne pas m'avoir donné de 'direction spirituelle'

Si vous etiez le fils d'un roi, ne seriez vous pas decu que votre enfant epouse un homme beau intelligent avec toutes les qualites du monde si celui ci lui fera perdre son heritage unique ainsi qu'a toute sa descendance ?

bonjour
je me permet de vous repondre car on ne parle pas ici de sectarisme mais d'identité! j'ai autour de moi des couple de religion mixte des gens tres proche et bien je peux vous dire que si l'identité religieuse de l'un est fort et prononcé (surtout dans notre religion qui est un total mode de vie au quotidien (manger cacher, les fetes (avec leur tradition) , la circoncision... et bien le couple ne peut tenir!
nous avons pas une religion qui ne comprends que de manger du poisson le vendredi ou de feter noel avec un grand repas!! mais comme je le disais c'est un mode de vie aller ce servir que dans les magasin cacher, ne manger que dans les restaurant cacher, chabbat (ne pas toucher l'electricité )... trop d’inconvénient pour un non juif sans parler de la conversion qui est quasi impossible!!
une des 2 personne du couple sera forcement malheureuse et tout commencera a partir de la naissance du garcon! la circoncision est la pratique de base pour tout juifs meme le plus éloigner qu'en ai t il du non juif??? pour lui c'est un acte de barbari!
non la mixité religieuse implique toujours un desaccord qui peut etre fatal meme pour un couple amoureux!
je parle d'un juif et non juif mais c'est aussi valable (je pense) pour un couple dont l'un des 2 est plus pratiquant que l'autre! si l'autre ne veut pas avancer avec lui il y aura aussi un probleme!
la question que l'on doit tous se poser avant toute relation c'est
QU'EST CE QUE JE VEUX LAISSER A MES ENFANTS? qu'elle identité voudrai je leur enseigner???
et la reponse il choisira plus tard quand il sera grand ne tient pas!! comment un enfant peut il choisir entre quelque chose qu'il vit au quotidien (ecole non juive, mc do, boite de nuit, copain/ copine, noel, télé avec histoire non juive ...) et quelque chose qu'il ne connait et qui parait rempli d’inconvénient quand on n'en connait ni la porter ni la signification soyons logique!!

bonjour
je me permet de vous repondre car on ne parle pas ici de sectarisme mais d'identité! j'ai autour de moi des couple de religion mixte des gens tres proche et bien je peux vous dire que si l'identité religieuse de l'un est fort et prononcé (surtout dans notre religion qui est un total mode de vie au quotidien (manger cacher, les fetes (avec leur tradition) , la circoncision... et bien le couple ne peut tenir!
nous avons pas une religion qui ne comprends que de manger du poisson le vendredi ou de feter noel avec un grand repas!! mais comme je le disais c'est un mode de vie aller ce servir que dans les magasin cacher, ne manger que dans les restaurant cacher, chabbat (ne pas toucher l'electricité )... trop d’inconvénient pour un non juif sans parler de la conversion qui est quasi impossible!!
une des 2 personne du couple sera forcement malheureuse et tout commencera a partir de la naissance du garcon! la circoncision est la pratique de base pour tout juifs meme le plus éloigner qu'en ai t il du non juif??? pour lui c'est un acte de barbari!
non la mixité religieuse implique toujours un desaccord qui peut etre fatal meme pour un couple amoureux!
je parle d'un juif et non juif mais c'est aussi valable (je pense) pour un couple dont l'un des 2 est plus pratiquant que l'autre! si l'autre ne veut pas avancer avec lui il y aura aussi un probleme!
la question que l'on doit tous se poser avant toute relation c'est
QU'EST CE QUE JE VEUX LAISSER A MES ENFANTS? qu'elle identité voudrai je leur enseigner???
et la reponse il choisira plus tard quand il sera grand ne tient pas!! comment un enfant peut il choisir entre quelque chose qu'il vit au quotidien (ecole non juive, mc do, boite de nuit, copain/ copine, noel, télé avec histoire non juive ...) et quelque chose qu'il ne connait et qui parait rempli d’inconvénient quand on n'en connait ni la porter ni la signification soyons logique!!

Mon dieu mais quelle assimilation ,bravo a cette femme qui a su ne pas écouter que ses pulsion et qui a réfléchi avec raison et intelligence, quand je lis les messages mais vous melangez tout entre celui qui dit qu il est religieux et qu il fete noel il y a une vérité et cette vérité et dur a accepté celle de bien réalisé que nous sommes un peuple elu par dieu avec tout ce que cela engendre et nous avons des règles a respecté et nous avons pu voir dans l histoire que a chaque fois qu elles ont et rejette et que nous avons voulu nous assimilés l effet inverse c est produit (pogroms,inquisition,extermination,guerre) donc oui a notre torah et non a la folie

Ce sectarisme est effrayant. N'est-ce pas l'individu qui compte, avant sa religion ? Personnellement, je place les qualité humaines d'une personne avant ses croyances.

bonjour
je me permet de vous repondre car on ne parle pas ici de sectarisme mais d'identité! j'ai autour de moi des couple de religion mixte des gens tres proche et bien je peux vous dire que si l'identité religieuse de l'un est fort et prononcé (surtout dans notre religion qui est un total mode de vie au quotidien (manger cacher, les fetes (avec leur tradition) , la circoncision... et bien le couple ne peut tenir!
nous avons pas une religion qui ne comprends que de manger du poisson le vendredi ou de feter noel avec un grand repas!! mais comme je le disais c'est un mode de vie aller ce servir que dans les magasin cacher, ne manger que dans les restaurant cacher, chabbat (ne pas toucher l'electricité )... trop d’inconvénient pour un non juif sans parler de la conversion qui est quasi impossible!!
une des 2 personne du couple sera forcement malheureuse et tout commencera a partir de la naissance du garcon! la circoncision est la pratique de base pour tout juifs meme le plus éloigner qu'en ai t il du non juif??? pour lui c'est un acte de barbari!
non la mixité religieuse implique toujours un desaccord qui peut etre fatal meme pour un couple amoureux!
je parle d'un juif et non juif mais c'est aussi valable (je pense) pour un couple dont l'un des 2 est plus pratiquant que l'autre! si l'autre ne veut pas avancer avec lui il y aura aussi un probleme!
la question que l'on doit tous se poser avant toute relation c'est
QU'EST CE QUE JE VEUX LAISSER A MES ENFANTS? qu'elle identité voudrai je leur enseigner???
et la reponse il choisira plus tard quand il sera grand ne tient pas!! comment un enfant peut il choisir entre quelque chose qu'il vit au quotidien (ecole non juive, mc do, boite de nuit, copain/ copine, noel, télé avec histoire non juive ...) et quelque chose qu'il ne connait et qui parait rempli d’inconvénient quand on n'en connait ni la porter ni la signification soyons logique!!

Je suis totalement d accord avec le dernier commentaire. Ce n est pas parce que tu es en couple mixte que tu ne peux donner tes valeurs religieuse ou humaine a tes enfants. Je sais de quoi je parle puisque juif pratiquant en couple avec une catholique dont deux enfants sont issus. Le plus fort dans tous cela c est d accepter l autre comme il est et de savoir transmettre son heritage. Aussi mes enfants seront d aurant plus riche puis qu ils ont deux heritages.

Par contre plus j ecoute les rabins et autres juifs qui se disent religieux et plus religieux que moi moinsje me retrouve dans ma religion je ne retrouve plus la religion que mes grands pèreslcelle qui était pratiquer par les séfarades ou par exemple a pessah ou nous ne mangions que les choses essentielles il n y avait pas a cette epoque de coca cola casher le pessah. On ne jugeait pas le judaisme des autres comme ceux la meme qui le font et qu on retrouve le shabbat a castorama... il y a quelque jours un rabin ma dit le sapin pour noel c est assour.Je lui ai demande ou dans la torah il etait ecrit que s etaim a dit c est loi alors je lui ai repose la question. Il m a demande si j avait etudie la torah je lui ai donc repondu que oui comme tout bon barmitzva doit le faire mais certainement pas aussi pousse que lui et donc je lui demandais a lui de me donner ses references afin d augmenter mon savoir. Il m a donne pour seul verset un verset qui dit que le peuple juif est monté au sinai et on dit nous ferons et nous comprendrons. Ce que je retiens de son discours ce queen gros fait ce que je te dis et tu comprendra. Personnellement mon humanité m a doté d une certaine intelligence qui me permet de reflechir par moi meme et si un jour un rabin me dit qu il faut que je me jete du haut d un pont parce que c est la loi et qu il faut que je le fasse pour comprendre. Je resterais dans ma religion que j ai herite de mes grands parents et parents avec ma patos de femme et mes battards d enfants en esperantq leurs donner une grande ouverture d esprit beaucoup d amour et de joie et une education leur permettant d etre une lumiere dans le noir au lieu d etre une lumiere parmis les lumieres.

Waooo

Ça me terrorise cet état d'esprit, avant d'être juive n'es tu pas humaine tout simplement ? L'amour ne devrait pas se conditionner mais s'offrir. Pour moi tu as refoulé tes sentiments dans le but de contenter les autres, pour faire comme il faut, par peur de décevoir. C'est bien de vouloir " être une lumière parmis les nations " dommage de ne pas vouloir la partager. Le titre m'indiquais une belle histoire vraie et je ne trouve rien de beau à ce récit. J'attendais une fin heureuse avec ouverture de cœur et d'esprit de ta part et celle de ta famille,
"Nous voulons que nos enfants comprennent l’importance de ce que signifie être juif. Nous avons besoin d’alimenter leur identité juive, au point qu'elle en devienne innée." ( propagande, hitler avait les même méthode ;) aucune religion n'est inné, revois la définition. Tu es le fruit même du formatage, on dirait que tu ne sais pas pourquoi, mis à part la filiation et ton environnement tu es juive.
J'aimerais que mes enfants comprennent l'importance de ce que signifie "être humain", qu'ils écoutent cœur et intuitions, qu'ils fassent des choix libres, dans l'amour et le respect des autres et de leur environnement naturel, la planète. Qu'ils aiment qui ils veulent
Si cet homme était de qualité, qu'avait il de moins bien qu'un juif. J'appelle ce genre de " bloquage" du neo-racisme.

Vous ecrivez tout un paragraphe sur la tolerance, et pourtant lorsque quelqu'un ne pense pas comme vous, le voila comparé à Hitler! C'est fun!
En plus, à aucun moment elle ne dit qu'il a moins de qualite qu'un juif, au contraire elle semble dire le contraire (cf c'est le plus beau, il est sympa, viril...), elle dit juste que c'est differement et que la transmission de sa culture serait mise en danger si ces enfants n'etaient pas juifs.

J'apprécie vraiment votre message. D'après le titre, je m'attendais aussi à une fin heureuse...Mais non, les conventions l'emportent

la conversion nest pas valide si elle est fait par amour pour lautre...

Cela fait chaud au coeur e voir un témoignage et surtout d'en voir la conclusion.
Depuis 5 ans je suis parent et je suis en COMPLET ACCORD avec les choses à faire.
Que l'acquis devienne innés, que nos fêtes, nos traditions et nos coutumes sont le ciment de notre identité.
Et que ce soucier des autres nous renforce et pas le contraire.

Merci et merci

Pourquoi ne pas avoir reparlé de conversion avant de rompre ?

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant