Share |

Mes insomnies, un conte par Monique Zetlaoui

Mes insomnies

 

                Il était une fois un homme qui était insomniaque ou peut-être s’ennuyait-il dans sa routine quotidienne en mal de rêves et d’évasion ou peut-être n’était –il qu’un de ces mâles chasseurs, peut-être voulait-il réveiller une libido, quelque peu endormie, sans pour autant se mettre à dos son épouse. Elle, l’épouse dormait à poings fermés dans l’autre chambre se fichant comme d’une guigne des insomnies de sa moitié, le visage enfoui sous des tonnes de crème antiride.  Une nuit, il retrouva, une carte de visite, donnée deux ans auparavant, lors d’un séminaire.

  De l’autre coté de la mer, elle ne dormait pas l’insomniaque, elle avait depuis longtemps renoncé à vivre une longue histoire d’amour avec Sommeil. Elle avait tout essayé pour le séduire mais Sommeil l’ignorait superbement. Elle avait donc pris mari, qui d’ailleurs au début aimait les insomnies de son insomniaque,  outre des nuits feux d’artifice, elle avait l’habitude de le réveiller à des heures indues, celles où les honnêtes gens sont dans les bras de Morphée, pour lui lire proses et poèmes. Mais comme il était un mari, il cessa d’aimer ces réveils littéraires, laisse-moi dormir disait-il. Les années aidant, il se mit à ronfler, la précipitant davantage vers ses insomnies. Elle devint mère, les enfants c’est normal et banal se liguèrent contre Sommeil. In utero, ils savaient le contrer, l’éloigner de maman. Et puis ce fut…  les biberons, les dents qui poussaient etc, etc. Ils grandirent, sortaient le soir la laissant suspendue au téléphone et guettant le clic-clac de la clef dans la serrure.

  Et lorsque, enfin  mari et enfants dormaient dans la nuit bleue marine, elle flirtait avec les mots et les mets. Elle écrivait où entrait en cuisine comme on entre en religion, et si Maître Sommeil par l’odeur alléché pointait le bout de son nez ? Nenni, alors au beau milieu de la nuit, elle se vengeait sur les œufs, premières victimes de ses insomnies, elle battait  sans ménagement les jaunes, fouettait  les blancs jusqu’à en faire de la neige et pour ce faire pardonner cette maltraitance leur présentait un chocolat fondu et leur servait par-dessus un rhum hors d’âge. Ils lui savaient gré de ces apports et s’y fondaient pour former une aérienne et onctueuse mousse ; Parfois, sa vengeance s’exerçait sur les oignons, armée d’un couteau, elle les débitait en rondelles, mais ils avaient le dernier mot et la faisaient pleurer.. .pleurer. Lorsqu’elle leur présentait la belle aubergine à la robe violette, les oignons leur murmuraient des mots doux au fond de la cocotte.

 Puis son mari de moins en moins charmant, eut l’heureuse idée de prendre la tangente, les ailes des enfants avaient bien poussé, ils s’envolèrent hors du nid. A nouveau libre, elle rejoua le jeu de la séduction avec Sommeil. Elle dormait nue, juste trois gouttes de parfum, se prenant pour Marilyn. Pour le rendre jaloux, elle coucha dans son grand lit amants et amants qui finissaient par s’endormir, benoîtement ravis de leurs performances. Sommeil restait insensible à son charme, jam ais il ne passait une nuit avec elle. Tous les soirs, elle le regardait border amoureusement des millions et des millions de femmes, elle lui jura même de fermer les yeux sur toutes ses conquêtes, rien n’y fit, Sommeil l’ignorait…

 Donc, elle écrivait, elle ne disposait que de vingt six   lettres, mais elles étaient magiques et avec elles, elle pouvait à l’infini enfanter des mots.

 Allez savoir pourquoi, à deux heures du matin, elle cliqua sur sa boite email. Un message d’un inconnu l’attendait. Très méfiante des virus, elle s’apprêtait à virer ce spam, tout juste si elle n’avait pas couru chercher un masque, celui là même qui patientait en attendant non pas les spam mais H1N1 ; La curiosité l’emporta, en un clic, elle ouvrit le message et lut ces lignes : « Je n’ai pas oublié votre regard timide et effronté ni ces petits beurres français que vous m’avez fait découvrir lors de ce congrès. Alors, elle se souvint, les petits beurres qui crissaient sous sa dent, dans le silence religieux d’une barbante conférence  et le regard sévère et réprobateur de son voisin comme si elle venait de commettre un sacrilège. Elle lui sourit et lui tendit deux petits beurres. A la pause, il la remercia, ils échangèrent leurs cartes de visite et elle engagea la conversation avec une jeune chercheuse et l’oublia.

« Regard timide et effronté » avait-il écrit, elle décida qu’il méritait une réponse et lui écrivit un conte : « Il était une fois, des petits beurres qui étaient très attentifs aux autres, aux vieilles personnes, aux enfants et pour mieux écouter leurs joies et leurs chagrins, ils avaient quatre oreilles. Parfois, ils eussent préféré être sourds comme dans certains amphithéâtres où ils dépérissaient d’ennui blotti au fond du sac. »  Elle lui expliqua qu’elle était désolée de ne lui envoyer qu’un conte mais la mousse au chocolat ne passe pas en pièce jointe. Il pensa quelque secondes qu’elle était complètement fêlée mais derrière l’homme le petit garçon vivait encore, il lui répondit : « raconte moi encore une histoire s’il te plaît. » Ils prirent l’habitude de se retrouver la nuit, alors elle le baptisa chauve-souris. Elle adorait les animaux, mais une chauve –souris tout de même, était- le surnom adéquat ? Elle décida que oui. Au bout de quelques jours, il formula une consternante et banale demande : « envoie moi des photos s’il te plait, je voudrai mieux te connaître. » Elle photographia sa somptueuse ratatouille ( à mi-cuisson, c’est plus joli,) son chien couché sur le tapis, sa bibliothèque et vingt cinq lettres de l’alphabet  dans le désordre en omettant le w. Il reçut les photos avec un humour pince sans rire et la méthodologie d’un chercheur. Il lui demanda la recette de la ratatouille, lui demanda si son tapis était un naïm persan et combien de points avait-il. Il l’interrogea sur la manière dont elle rangeait ses livres (thème ordre alphabétique et voulut savoir comment elle nourrissait son chien. Il conclut ainsi : « Tu ne prends pas trop de risques en omettant le w, car même sans lui tu peux m’écrire encore et encore des contes, mais tout de même tu ne pourras pas choisir ton wagon, si nous prenons ensemble l’Orient-Express, tu ne pourras pas me dire si les watts qui illuminent nos échanges sont assez puissants, je pense que le whisky ne te manquera pas trop et nous n’écouterons pas Wagner ensemble et c’est bien dommage » Elle sourit, finalement les chauves-souris ça a même de l’humour. Elle refusa quelques dîners parisiens, négligea ses livres et ses amants puisque toutes les nuits, entre dix heures et deux heures du matin, ils se retrouvaient. Et invariablement, à deux heures, bercé par ses contes, il s’endormait bienheureux. Avec le temps, les contes devinrent plus coquins, cela ne lui déplut pas, il en redemanda. Une nuit peu avant dix heures, arriva un événement inouï, Sommeil la prit par surprise. A l’autre bout du monde, la chauve-souris paniqua, sa conteuse ne répondait pas à ses messages. Le lendemain, elle lui écrivit  et lui raconta sa nuit si tranquille, si plate, si fade avec Sommeil. « Je l’attendais depuis si longtemps, il est nul, si nul Sommeil. Qu’il aille border, endormir, étourdir d’autres mais que jamais, jamais plus, il ne s’approche de moi. Je ne veux pas  qu’il m’effleure, je ne veux pas qu’il me frôle, je ne veux pas qu’il me caresse. Qu’il aille en bercer d’autres, en apaiser d’autres, qu’il les anesthésie, qu’il les chloroforme, qu’il les assoupisse mais  qu’il s’éloigne de moi. » Au bout de l’autre ordinateur, l’autre exultait et pour une fois l’on entendit un cocorico émanant d’une chauve-souris.  Il était donc plus fort que Sommeil qui couchait pourtant contre sa peau toutes les nuits tant et tant de femmes. Il était donc son Prince de la nuit. Charitable, elle le laissa fanfaronner, elle savait bien qui étaient ses princes : ses insomnies et elle leur devait de si belles nuits.

                                                                            Monique Zetlaoui

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

IT IS A NICE LEGENDE.

Très beau ! quelle plume ! et pas la première fois ! bravo !

On se laisse prendre au jeu de ces descriptions si réalistes pleines d'humour de tendresse et d'espoir ........

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant