Share |

Le dernier kabbaliste de Lisbonne

 

Le dernier kabbaliste de Lisbonne

 

 

Enquête historique

 

« Le temps n'est qu'un sceau qui authentifie être et non-être. Et en tant que sceau, il est de pure convention. Le passé, présent et avenir ne sont que les vers d'une même poésie, qu’il s’agit de reconduire jusqu’à son origine divine ».

L'auteur

Richard Zimler est né à New York en 1956. Après avoir étudié à l'université de Duke puis à Stanford, il devient journaliste dans la région de San Francisco. En 1990, il quitte les États-Unis pour Porto, au Portugal, où il enseigne dans une école de journalisme, puis à l'université. Ses romans sont apparus dans la liste des best-sellers de douze pays différents, et ont été récompensés de nombreuses fois, notamment par le prix Hérodote du meilleur roman historique pour Le dernier kabbaliste de Lisbonne (2005), paru au Cherche Midi ainsi que Les sortilèges de Minuit (2006). Le gardien de l'aube a paru en 2008.

Zimler arrive à Constantinople en 1990 afin d’étudier la poésie séfarade. Son hôte l’avocat Abraham Vital met à sa disposition une maison dans le quartier juif qui appartenait naguère à un menuisier. Ce dernier reconnaissant et sans héritiers lègue sa demeure à l’avocat qui l’a si bien représenté dans le temps. Au cours des travaux effectués dans la dite maison sont découverts des parchemins antiques qui datent de l’Inquisition à Lisbonne. Ces manuscrits écrits par Bérékhia Zarko en Judéo-Portugais et en lettres hébraïques, sont remaniés par Richard Zimler et deviennent un roman passionnant, terrifiant et un témoignage historique important.

Dans ce suspense érudit, qui connaît un triomphe international, Richard Zimler tisse une toile machiavélique à travers les aléas de l'histoire et les secrets des textes religieux. « Le Dernier Kabbaliste de Lisbonne » s'ouvre en avril 1506. En pleine Inquisition, les membres de la communauté juive de Lisbonne sont contraints à se convertir au catholicisme, ceux qui résistent sont exterminés. La terreur est partout. Au cœur des massacres, on retrouve dans une salle de prière clandestine les corps nus d'Abraham Zarko, le grand kabbaliste de Lisbonne, et d'une jeune inconnue. Ils ont eu la gorge tranchée, suivant les rites du chohet, boucher qui respecte la tradition cacher.

S'ensuit une passionnante enquête menée par Bérékhia, le neveu de Zarko. Celle-ci le conduit au sein d'un mystérieux groupe de mystiques auquel appartenait son oncle, le cercle des moissonneurs. Le grand kabbaliste avait-il mis au jour un complot ? Et si les clés de l'énigme résidaient dans la précieuse Haggadah, livre saint sur lequel travaillait Zarko au moment de sa mort, et qui a disparu.

 

Critiques :

Dans la lignée de Iain Pears et d'Arturo Pérez-Reverte. Richard Zimler assemble avec une habilité confondante les pièces de ce puzzle policier, construit autour d'un fait historique et religieux terrifiant. A.W. - Tribune Juive

« Je défie quiconque de lâcher ce livre avant la fin ». Nicholas Shakespeare

« J'ai adoré Le Dernier Kabbaliste de Lisbonne ». John Le Carré

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant