Share |

Hanoucca à la lumière de l’histoire

 

Hanoucca à la lumière de l’histoire.

 

 

Israël Levin

 

De toutes les fêtes d’Israël, celle de Hanoucca a été plus particulièrement l’objet, dans les dernières générations, d’intenses recherches historiques. Ceci a entraîné une révision dans la manière de comprendre sa signification.

Ce que nous savions déjà est que Hanoucca constitue la dernière fête du calendrier, sur le plan historique et la seule sans rapport biblique. Les découvertes historiques récentes permettent de mieux comprendre le déroulement des événements évoqués dans la fête et même de corriger certaines conceptions répandues qui se sont avérées infondées. Voyons ensemble un exemple.

On considère souvent le récit du miracle de la fiole d’huile comme s’il était la seule source expliquant pourquoi Hanoucca dure huit jours. Nous entendons répétée cette histoire d’année en année dans chaque Talmud Tora, école et sur les ondes radiophoniques. Cependant, cette tradition est des plus problématiques sur le plan historique. En premier lieu, parce qu’il est difficile d’établir si un tel miracle a vraiment eu lieu. Deuxièmement, en raison du caractère ahistorique des sources en question.

La fameuse histoire de la fiole se trouve dans le Talmud de Babylone et fut rédigée quelque trois ou quatre cents ans après les événements. Nous avons donc de bonnes raisons de penser que cette tradition ait pris durant ce temps un caractère légendaire. Mais la principale mise en doute de l’authenticité historique tient au fait qu’il existe d’autres versions de la tradition qui invoquent des raisons différentes et, semble-t-il, plus fiables concernant la raison de la durée de la fête. En voici quelques unes :

1. Dans le second livre des Maccabim, qui fut rédigé quelques dizaines d’années après la purification du Temple en l’an 164 avant notre ère, on raconte à plusieurs reprises que les Hasmonéens ne célébrèrent la fête de Souccot tardivement, qu’après la purification du Temple. Ceci explique la durée de huit jours. Cette explication est d’autant plus plausible que nous savons combien Souccot était la fête la plus populaire à l’époque du second Temple et que l’on se contentait d’appeler "la fête". Toutefois, il reste encore à élucider pourquoi dès l’année suivante, alors que Souccot fut à nouveau célébrée à temps, fut établie la fête de Hanoucca durant également huit jours.

2. En marge du récit biblique de l’inauguration du Tabernacle dans le désert, il existe également une seconde tradition rapportée dans le second livre biblique des chroniques qui fut écrit quelques centaines d’années avant l’époque hasmonéenne. Il y est rapporté que lorsque le roi Ezéchias (Hizkiyahou) élimina toute trace d’idolâtrie de la ville et du pays, la nouvelle inauguration du Temple fut célébrée précisément durant huit jours. La question reste bien sûr de savoir si ce récit, probablement connu des Hasmonéens, a eu une quelconque influence dans leur décision de fixer la durée de la fête à huit jours.

3. Il existait une tradition très répandue parmi les peuples de l’Antiquité, tels que les Babyloniens, les Grecs, les Romains, d’une fête des lumières en plein hiver, précisément au solstice lorsque la durée de la nuit est à son comble et qu’enfin les journées vont aller en se rallongeant. Curieusement, cette fête durait huit jours. Le même motif du renouveau de la lumière se trouve également dans un récit talmudique qui met en scène le premier homme, Adam, en train de célébrer en chants et louanges à Dieu, ce moment charnière du cycle annuel. Dans ce même passage, la tradition païenne en question est d’ailleurs évoquée. On peut donc se demander s’il ne faut pas établir un rapport entre cette pratique et l’établissement à huit jours de la fête lumineuse de Hanoucca.

4. Une autre tradition des Sages du Talmud nous est connue dans la Megilat Taânit (source non trouvée). Selon cette version des choses, c’est la durée de la purification qui dura huit jours, expliquant ainsi la durée de la fête, sans rapport avec le miracle de la fiole.

Ces quelques exemples prouvent bien que l’on peut rendre compte de diverses manières de l’origine de notre fête. Mais certains facteurs ont finalement ramené la tradition à une seule version, consacrée dans la tradition liturgique.

Peut-on dire que la mise à jour des diverses sources traditions doivent conduire à la "démystification d’un mythe" ? Avons-nous par cette démarche détruit le caractère propre de la fête de Hanoucca en l’immolant sur l’autel de l’objectivité scientifique ?

Notre réponse est un démenti catégorique. Le but de ces investigations n’est pas de contredire mais de dévoiler la réalité historique corollaire à la fête. La conception éducative de l’approche historique et moderne se fonde sur deux principes de base :

1) La quête de la vérité et la tentative de dévoiler et comprendre le passé tel qu’il s’est véritablement déroulé et non de manière simpliste ou romancée constitue une haute valeur religieuse. Nous n’avons pas le droit de déformer, de falsifier ou de simplifier des faits du passé ou du présent en fonction de nos intérêts ou de notre confort intellectuel ou pour les rendre faciles à comprendre ou prompts à séduire.

2) L’exposé de la problématique et de la complexité de l’histoire du peuple d’Israël, y compris celle de nos fêtes, peut nous permettre de jeter un nouveau regard sur les choses et de nous conduire à une nouvelle forme d’identification, plus pleine, avec notre patrimoine. Nous pouvons en sortir renforcés et impliqués davantage.

Ainsi, apprenons-nous à réaliser combien il est faux de s’imaginer que dans le passé les choses étaient claires et évidentes au sein de notre peuple tandis que la division et la discorde ne seraient que le seul produit de la modernité. Non, ce n’est pas la fiole d’huile qui nous a conduit directement à observer huit jours de fête mais un processus complexe qui n’exclut pas même une certaine influence du monde environnant.

Nous devons nous fixer pour idéal une foi lucide, qui sait faire la jonction entre l’aspiration à la vérité et la volonté d’identification et de réalisation de notre tradition. Une foi qui réclamerait l’ouverture et la promptitude à mettre en oeuvre tous les moyens que notre Dieu a mis à la disposition des hommes pour qu’ils puissent aller jusqu’au bout de leurs investigations.

Une telle attitude doit être tenue pour une des plus hautes valeurs religieuses. C’est elle qui peut nous amener le mieux à tirer les justes significations pour notre temps et notre vie. C’est elle seule qui sera susceptible de transmettre notre patrimoine comme une source à laquelle nous pouvons vraiment nous identifier et dont nous sommes fiers.

Israël Levin (texte traduit de l’hébreu)*

* Le Rabbin Israël Levin est professeur attitré d’archéologie à l’université de Jérusalem et fut recteur du séminaire rabbinique et d’études juives du mouvement Massorti à Jérusalem

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant