Share |

Albert Cohen

février 17, 2016

A la memoire de Jo Amar by Albert Cohen

février 27, 2015

« Pleurer sa mère, c’est pleurer son enfance. L’homme veut son enfance, veut la ravoir, et s’il aime sa mère davantage à mesure qu’il avance en âge, c’est parce que sa mère, c’est son enfance.»

Le livre de ma mère d'Albert Cohen (1954)

 

« Pleurer sa mère, c’est pleurer son enfance. L’homme veut son enfance, veut la ravoir, et s’il aime sa mère davantage à mesure qu’il avance en âge, c’est parce que sa mère, c’est son enfance.» Albert Cohen - Le livre de ma mère

 

juin 21, 2013

« Le Thé des Ecrivains » offre un magnifique écrin au Marais. On peut y déguster des lectures, se délecter de bons petits plats, s’abreuver de couleurs et de savoirs. Un art de recevoir qui ressemble à son proprio, amoureux des mots. 

L’appé-tea littéraire

 

 

Georges-Emmanuel Morali est un rêveur, qui n’hésite pas à se transformer en sauveur de librairies. Ainsi, « Le Thé des Ecrivains » offre un magnifique écrin au Marais. On peut y déguster des lectures, se délecter de bons petits plats, s’abreuver de couleurs et de savoirs. Un art de recevoir qui ressemble à son proprio, amoureux des mots. 

juin 19, 2013

Pour son premier long-métrage, le réalisateur brésilien Glenio Bonder s'est attaqué au roman culte d'Albert Cohen. Son film prouve que le livre était inadaptable.

Belle du Seigneur revu par David Hamilton

 

 

Par Eric Neuhoff, Olivier Delcroix

 

Pour son premier long-métrage, le réalisateur brésilien Glenio Bonder s'est attaqué au roman culte d'Albert Cohen. Son film prouve que le livre était inadaptable.

Contenu Correspondant