Share |

Les synagogues de Sfax

Les synagogues de Sfax

 

 

Je suis bouleversé, angoissé, j'ai les tripes retournées, la nouvelle que je viens d'apprendre me fait mal au cœur… Je n'ai pas voulu la divulguer tant  que le pèlerinage de la Ghriba était en cours… Je n'en peux plus.  Je dois parle sinon j'éclate.

Les synagogues de Sfax ont  été de nouveau pillées, le 28 avril 2015.

Que dire de plus ? Une synagogue, de même qu'une église, ou une mosquée est lieu de culte. Les fidèles viennent y prier leur Dieu qui est le même pour toutes les confessions monothéistes.  Ô barbarie, ô sacrilège, ô acte de personnes incultes ! Ô mon cœur qui éclate ! Pourquoi exister jusqu'à ce jour et vivre cette infamie ?

Moi Tunisien fils et petit fils de Tunisiens, vivant la Tunisie avec ma communauté même en France, en Italie, au Canada, en Chine ou en Israël… Nous parlons tunisien judéo-arabe, chantons Ein E-zarka, composons nos phrases en y intégrant des proverbes et dictons tunisiens. Nous avons notre forum sfaxien ou tunisien. Je dirige moi-même le site Amit de la communauté tunisienne en Israël, avec des milliers de vues. Nous avons notre théâtre tune.  Nous allons chaque année en pèlerinage à la Ghriba de Djerba. Qu'avons en retour ? On saccage et on pille nos synagogues, quel déshonneur ! Aimer sans retour, c'est ce qui se passe entre notre communauté et une partie de la population tunisienne. Ô il y a des gens biens en Tunisie, je parle des autres, ceux qui mettent les bâtons dans les roues.

La synagogue Beith El a été enfoncée par la porte bleue à l'arrière. Tout a été volé, même les  dispositifs sanitaires et les poignées des portes ont été arrachés. Les livres saints ont disparu, dans la cuisine du bedeau ne sont plus le réfrigérateur et la machine à laver. Le reste était par terre. Shmetta ! Sur les murs des graphités en grosses lettres: Palestine libre.  

Le même tableau dans la synagogue Edmond Azria. Des tuyaux arrachés servent aux malfaiteurs à casser les vitrages de l'intérieur. La police intervenue a vite fait d'effacer les inscriptions : les touristes en direction de la Ghriba ne doivent pas les voir. Donc, un coup de peinture est nécessaire.

Je suis complètement déçu : pourquoi parle-t-on si haut de Projet de Restauration des Synagogues ? Les synagogues sont invariablement pillées, saccagées. La police n'intervient pas, et personne n'a jamais rien vu. 

Les synagogues de Sfax : résumé.

D’autres synagogues ont disparu : la grande synagogue Azria à Picville,  la synagogue de Moulinville, Slat Chouchane, celle de Friah Bouhnik et celle de la Route de Téniour, Slat Débir.

Dans la rue allant des escaliers de Borj En Nar à Bab Ed Diwan se trouve la synagogue « Slat Ejdaâ » dans la médina à Sfax, une petite synagogue entretenue jusqu’à ce jour par les musulmans du voisinage. Ils y allument les chandelles toutes les semaines et la maintiennent en bon état, propre et coquette.

La Synagogue Beith-El.

Ce bel édifice sur la Route de Picville est un vrai complexe comprenant une école de l’Alliance Israélite, la maison du bedeau, le légendaire Soussou Bouhnik, une salle de conférences et la Synagogue.

Dans la Salle de conférences ont été eu lieu bien de colloques et d’exposés. Les Sfaxiens sont des personnes cultivées. Mme. Saada présentait fréquemment des thèses sur la psychologie, là ou ailleurs.

Dans les salles de classe, nous venions apprendre l’hébreu. Cette langue a lentement cessé d’être étrangère et je la parlais déjà en arrivant en Israël.

La salle de conférence et la Synagogue, deux grandes pièces contiguës étaient séparées par un rideau accordéon en bois verni de cinq mètres de haut. Ainsi les jours de fêtes, les deux salles n’en faisaient qu’une et l’on pouvait recevoir aisément le grand public des fidèles.

 Notre ami Claude Kayat a parlé longuement de ce lieu de culte dans son livre « La Synagogue de Sfax ». Déjà dans les années 60 du siècle dernier et même avant, après la sortie des Juifs de Tunisie, le Temple subissait des actes de vandalisme du côté de jeunes écervelés qui saisissaient pas encore que la Déclaration de l’Indépendance de la Tunisie ne coïncidait pas avec l’effraction des lieux saints des autres confessions.

Les synagogues de Sfax ont été pillées saccagés cinq ou six foi fois : rénovées et restaurées toujours par nos amis Marie et David-Daniel Bouhnik :

Carreaux brisés, portes forcées, livres et parchemins déchirés, excréments d’animaux, c’est qu’ont trouvé sur place nos amis Sfaxiens Marie et David-Daniel Bouhnik.

Marie est pensionnaire habitant Paris, et logeant antérieurement dans La Route de Téniour à Sfax.

David-Daniel son fils est marié avec la fille Berrebi ex-propriétaire de la Synagogue de Moulinville par héritage. Les deux habitent Beer Sheva, rue de la Alya. David-Daniel a fait un rêve qui l’incitait à restaurer la Synagogue Beith-El.

Sitôt rêvé, sitôt mis en action. Voici donc la maman et son fils débarquant à Sfax et restaurant ce lieu saint. La maman fournissant les mensualités de sa retraite et le fils faisant les travaux. Des mois de labeur ont abouti à un miracle.  

Que D. les bénisse et leur accorde une bonne santé et une longue vie. J’ai rencontré David-Daniel dans sa maison à Beer Sheva. J’ai parlé avec sa maman Marie au téléphone. Ils m’ont raconté les péripéties de l’accomplissement leur tâche. Ils sont dignes de respect et d’admiration. Mais quand ils ont vu que leur travail ne servait à rien, Marie et David-Daniel ont levé le drapeau blanc. Qu'adviendra-t-il de nos synagogues ?

Mes amis Freddy Cohen et Lucien Zâafrani habitant Montpellier et Toulouse, viennent souvent visiter Sfax, au moins deux ou trois fois l'an. Ils me tiennent au courant de ce qui se passent dans la ville qui m'a vu grandir jusqu'à l'adolescence. Etant donné qu'ils y viennent séparemment, il se trouve que j'ai des nouvelles fraîches tout le long de l'année.

J'ai d'autres amis sur place, de confession musulmane, nous correspondons quand nous avons un mot à échanger : nous sommes amis. Toutefois,  je ne les mêle pas aux questions graves comme celle-ci, quand bien même si la plupart des Sfaxiens sont des personnes franches qui ne disent pas non quand c'est oui.

Dans le cas du pillage du 28 avril, Freddy Cohen m'en a informé, comme d'habitude, comme dans le cas de El Hamma, nié d'abord et reconnu ensuite. Comme dans le cas du pillage de Beith El en 2010, nié par tous et reconnu ensuite. La plupart  du temps, c'est Freddy qui me met au courant et je l'en remercie.   

Les synagogues de Sfax

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

@ Anonyme
Merci de ne pas généraliser et de ne pas proférer de propos haineux . Et vous restez sfaxien jusqu'à votre mort, que ça vous plaise ou non ;)

Je suis outré, scandalisé de savoir - une fois de plus - que des enfants de salauds int pu commettre un tel outrage dans un lieu saint..!
Décidément, cette racaille ne changera jamais, même après le départ des Juifs de Sfax!
Il a suffi de faire une caricature de "leur" Mohamed pour mettre Paris à feu et à sang, alors que dire d'une profanation d'une Synagogue..!!
En tant qu'ancien Sfaxien, je suis écœuré de tels agissements de barbares qu'ils sont!
Laissons-les croupir dans leur boue, ils y sont habitués, en espérant que cela ne leur portera pas bonheur..Amen!

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant