Share |

Les papiers de l'amour : Une pièce d’amour judéo-palestinien en Tunisie

 

Les papiers de l'amour : Une pièce d’amour judéo-palestinien en Tunisie

 

Quand Rachid rencontre Sarah, c’est le coup de foudre. Oui mais voilà notre avocate Genevoise est d’origine juive et lui, ingénieur, est Palestinien. La suite de l’histoire, vendredi et samedi à la salle 4ème Art de Tunis.

Par Samantha Ben-Rehouma

 

 

Rachid et Sarah, Roméo et Juliette des temps modernes sur fond d’immigration et de conflit israélo-palestinien, vont être mis à l’épreuve des rouages administratifs et des convenances. L’amour (mixte) triomphera-t-il?

L’amour efface la guerre

«Les ‘‘Papiers de l’amour’’ sont avant tout une note d’espoir, je suis peut-être trop utopiste mais j’aime à penser que l’amour est plus fort que tout!», a expliqué Silvia Barreiros lors du point presse tenu au 4ème Art.

Accompagnée de Roberto Molo (Rachid) et Patrick Brunet (L’officier) ainsi que Philippe Béguin, premier secrétaire de l’ambassade suisse, celle qui incarne Sarah a voulu expliquer cette pièce – sans toutefois en dévoiler les détails – aux journalistes présents: «Nous sommes ravis d’être à Tunis pour la représentation des ‘‘Papiers de l’amour’’. Nous avons hâte de découvrir le public tunisien pour voir comment ce dernier va réagir».

Fondatrice de la compagnie théâtrale Apsara, Silvia Barreiros en est à sa 3e création avec ‘‘Les papiers de l’amour’’. Les textes sont signés Slimane Benaïssa (‘‘Les fils de l’amertume’’, ‘‘Confessions d’un musulman de mauvaise foi’’) qui, à travers cette histoire d’amour, relate non sans humour le quotidien, le racisme et les incompréhensions religieuses présentes dans cette Genève cosmopolite des congrès et des conférences internationales mais aussi des immigrés, des sans-papiers et des exilés.

Melting-pot suisse

Cette pièce est avant tout une ouverture sur la diversité ethnique, culturelle, sociale… La Suisse est très métissée et cette pièce en est l’exemple: les comédiens sont d’origine allemande, espagnole, italienne, l’auteur est algérien, la musique est faite par des Cubains.

Cette affaire de transparence sur les origines ethniques et religieuses est un sujet hautement sensible dans les sociétés occidentales, en sont pour preuve les politiques d’intégration menées en Europe et aux Etats-Unis.

Cette classification par groupes ethniques ou religieux est-il l’avenir de l’homme? L’idée de mono-identité ne fait que créer plus de frustration sur le plan individuel et collectif. Chacun de nous traverse au cours de son existence des bulles identitaires différentes et finit nécessairement par construire la sienne par choix conscients ou inconscients. Le fait d’enfermer un individu dans une identité unique, qu’elle soit nationale, ethnique ou religieuse, revient à l’amputer d’une ou de plusieurs parties de lui-même. Pour cette simple raison, Les papiers de l’amour comme approche pour expliquer l’absurdité des conflits de religion à des gens – qui la plupart du temps s’en foutent – est un antidote à la résignation et à la déprime, ce qui en fait une belle curiosité.

Repartir avec plus de nouvelles questions que de réponses aux anciennes, n’est-ce pas ça la clef du succès?

‘‘Les Papiers de l’Amour’’ de Slimane Benaïssa par la Compagnie Apsara de Genève fera deux représentations: le vendredi 20 et samedi 21 avril 2012 à 19h30 à la salle 4ème Art de Tunis.

Une pièce d’amour judéo-palestinien en Tunisie

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant