Share |

Le 11 septembre et l’aveuglement des intellectuels

Le 11 septembre et l’aveuglement des intellectuels

ROGER-POL DROIT

 

 

Quinze ans après les attentats de New York, il est frappant de relire les commentaires des grands penseurs de l’époque. La nature religieuse du terrorisme était alors presqu’entièrement occultée

Ce week end, à New York, seront commémorés les attentats du 11 septembre 2001. Dans le monde entier, une kyrielle de dossiers, d'émissions et d'articles reviennent sur ces événements et dressent le bilan de ce qui a changé depuis quinze ans, dans leur sillage.

Tout le monde, ou presque, s'accorde sur un constat : un pli de l'histoire mondiale s'est constitué ce jour-là, dont nous vivons encore, et pour longtemps, les prolongements.

Toutefois, décrypter ce qu'on voit dans le rétroviseur est moins simple. Sur les causes profondes des attentats, les analyses divergent. Et plus encore les interprétations des répliques politiques et militaires, notamment celles de George W. Bush. Dans ce flot de discussions, un point demeure rarement aperçu : la cécité des philosophes. Elle mérite qu'on s'y arrête, et l'interroge.

Relire aujourd'hui les principaux textes consacrés à ces attentats par des philosophes de renom constitue une étrange expérience. De manière prévisible, on y rencontre élaborations sophistiquées, affirmations grandioses ou péremptoires, performances rhétoriques bluffantes. Malgré tout, avec le recul, on ne peut qu'être saisi par un décalage profond entre ces performances virtuoses et la réalité rampante du terrorisme mondialisé que nous vivons à présent quotidiennement. Au fil des ans, un écart frappant s'est creusé entre discours subtils et réalités grossières, propos éthérés et faits massifs.

Le 11 septembre devait être nécessairement considéré comme une énigme. Le philosophe français Jacques Derrida affirmait qu'« on ne sait pas, on ne pense pas, on ne comprend pas, on ne veut pas comprendre ce qui s'est passé à ce moment-là ». Il fallait d'abord récuser les évidences, considérées comme clichés idéologiques ou manipulations médiatiques. Ne parler donc ni de d'acte de guerre, ni de haine de l'Occident, ni de volonté de détruire les libertés fondamentales. Dialoguant à propos du 11 septembre avec Jürgen Habermas, qui centrait alors son analyse principalement sur la politique de l'Europe, Derrida, pour comprendre l'événement, s'attardait sur la notion d'Ereignis (« événement », ou « avenance ») dans l'histoire de l'être selon Heidegger et finissait par proposer une « hospitalité sans condition » (1).

« C'est eux qui l'on fait, mais c'est nous qui l'avons voulu » soutenait pour sa part le sociologue Jean Baudrillard, attribuant aux rêves suicidaires de l'Occident l'effondrement des tours et la fascination des images des attentats. Pour celui voulait mettre en lumière « l'esprit du terrorisme » (2), les « vrais » responsables étaient donc, au choix, les Etats-Unis, l'hégémonie occidentale ou chacun d'entre nous... D'autres se demandèrent aussitôt « à qui profite le crime » et conclurent que ce ne pouvait être qu'à la CIA, préparant ainsi les théories du complot qui firent florès.

Ce ne sont que quelques exemples. Une histoire des lectures philosophiques du 11 septembre reste à écrire. Elle montrerait combien anti-américanisme et anti-capitalisme ont empêché tant d'esprits affutés de voir la nature religieuse du nouveau terrorisme comme les singularités de la nouvelle guerre. S'y ajoutaient la volonté de n'être pas dupe et la défiance envers les propagandes, transformées en déni systématique des informations de base. Les philosophes ont évidemment pour rôle indispensable d'être critiques, donc de démonter préjugés et fausses évidences, mais n'ont-ils pas pour devoir de ne jamais faire l'impasse sur les faits ?

Au lieu de mettre en cause l'empire américain, l'arrogance des tours, le règne des images, il fallait scruter l'islamisme politique, les usages inédits de la violence, l'art terroriste de la communication. Quelques-uns l'ont fait, en parlant dans le désert. Aujourd'hui, il est urgent d'analyser ce qu'impliquent les changements intervenus depuis le 11 septembre. Car ce ne sont plus des symboles, comme les Twin Towers ou le Pentagone, qui sont ciblés, mais n'importe qui vivant chez les « impies » - dans la rue, aux terrasses, au concert, à l'école.... Les terroristes ne sont plus des commandos organisés d'ingénieurs formés au pilotage pour transformer des Boeing en bombes, mais de petits délinquants autogérés, s'emparant d'un couteau de cuisine ou d'un camion. Pour en venir à bout, il va falloir rattraper, au plus vite, le temps perdu à penser à côté de la plaque.

(1)Le « concept » du 11 septembre. Dialogue à New-York (octobre-décembre 2001) de Jacques Derrida et Jürgen Habermas avec Giovanna Borradori .(Galilée, 2004).

(2)Galilée, 2002.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0211269796697-le-11-septembre-et-laveuglement-des-intellectuels-2025854.php?tgYBQd3uOzy8cXqa.99

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant