Share |

La Guerre Civile Syrienne ne fait que commencer

Une zone d’activités militaires particulièrement dense Service cartographique ©Metula News Agency

La Guerre Civile Syrienne ne fait que commencer (info # 012408/16) [Analyse]

Par Perwer Emmal dans le Rojava©Metula News Agency

 

Tôt ce matin, l’Armée turque a lancé une offensive en Syrie sur la ville de Jarabulus, tenue par DAESH et pratiquement encerclée par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), principalement constituées de combattants kurdes.

 

C’est Recep Tayyip Erdogan qui a annoncé l’opération intitulée "Bouclier de l'Euphrate" lors d’un discours à Ankara : "Depuis quatre heures ce matin, nos forces ont lancé une opération contre les groupes terroristes de DAESH et des YPG [Unités de Protection du Peuple kurde]", a ainsi déclaré le président turc.

 

L’attaque, précédée de bombardements de l’artillerie ottomane à partir de la région de Karkamis, dans son territoire, est menée par des "volontaires" présentés comme des membres de l’Armée Syrienne Libre (ASL). Ils sont soutenus par une dizaine de chars d’assaut.

 

A Ankara, on annonce également que l’opération bénéficie du soutien de la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis. Or cette affirmation est pour le moins surprenante, puisque, après la prise du verrou de Manbij, à 30 km au sud de Jarabulus, grandement facilitée à la fois par des bombardements U.S et des soutiens au sol de commandos américains et européens, la coalition internationale a continué à participer à l’offensive kurde. Laquelle ne s’est pas arrêtée ne serait-ce qu’une journée après la prise de contrôle de Manbij.

 

Or cette offensive se déroule sur deux axes : à l’Ouest, en direction d’al Bab, front sur lequel les Kurdes et leurs alliés s’apprêtent à prendre la ville d’Arima, qu’ils ont déjà dépassée en s’emparant des villages de Jubb al Hamir et de Cheikh Nasir, et au Nord, précisément vers Jarabulus, dont à partir de leur tête de pont d’al Hajaj, ils ne sont plus distants que d’une dizaine de kilomètres.

 

Or l’aviation coalisée a participé, pas plus tard que le week-end dernier, à la bataille pour la prise d’al Hajaj, ainsi que de quatre autres villages sur la route menant de Manbij à al Ghandoura, plus à l’Ouest.

 

Les Américains et les Européens qui accompagnent la progression des YPG – nous nous étions posé la question, rappelez-vous, de savoir si les Occidentaux maintiendraient leur appui aux FDS après Manbij - se trouvent ainsi, avec leurs hommes, à moins de 10 km des Turcs qui prétendent intervenir afin de chasser les YPG, avec le concours des… Américains et des Européens.

 

Il y a visiblement embrouille, à moins que la coalition occidentale n’entende se combattre elle-même. C’est encore sans compter que ladite coalition opère depuis l’aéroport de Sabat Fawqani, non loin de là dans le Rojava kurde, et depuis l’héliport de Lafarge, dans le même secteur. Plus à l’Est, elle dispose d’un troisième aéroport, à Rimela, à proximité de la frontière iraquienne.

 

Ces bases aériennes en Syrie sont surtout utilisées afin de soutenir les Kurdes et leurs alliés au sein des FDS dans leur guerre avec DAESH, les appareils de la coalition décollant aussi depuis des aéroports de l’Aviation turque, notamment la principale d’entre elles dans la région, à Incirlik.

 

A propos d’Incirlik, on a appris que l’U.S Air Force en avait retiré les vingt bombes atomiques qu’elle y entreposait et les avait transférées sur la base de Deveselu en Roumanie. Officiellement, c’est à cause de l’instabilité qui suit le coup d’Etat manqué ; officieusement, des officiers américains m’ont expliqué que c’était pour éliminer la tentation – même minime – qui aurait pu traverser l’esprit d’Erdogan, si, en cas de désaccord au sujet de la stratégie à suivre en Syrie, il lui avait pris la drôle d’idée de faire main basse sur ces bombes.

 

Quoi qu’il en soit, les Peshmerga (combattants kurdes) vont maintenant camper sur leurs positions face à Jarabulus pour assister à une bataille sanguinaire opposant deux de leurs ennemis, les Turcs et les miliciens de l’Etat Islamique. Si Erdogan n’avait pas déclenché son offensive, c’aurait été leur lot de décramponner les islamistes acculés à l’Euphrate, et cela aurait occasionné des pertes dans leurs rangs.

 

Que les Turcs prennent Jarabulus n’a pas vraiment d’importance stratégique, puisque cette cité est de toute façon lovée sur la frontière ottomane. Dans les positions kurdes, on plaisante volontiers sur le fait que c’est Erdogan qui a maintenu le point de passage de Jarabulus ouvert entre son pays et la Syrie, pour y faire passer des armes et des volontaires à DAESH. Aujourd’hui, il combat ses ex-alliés à coups d’obus d’artillerie et de chars. Il les trahit simplement pour conserver l’opportunité d’empêcher les Kurdes d’établir la continuité territoriale du Rojava, entre les cantons de Kobané et d’Afrin, et il ne s’en est d’ailleurs pas caché lors de son discours d’Ankara. A cette occasion, Erdogan a par ailleurs exigé des Peshmerga qu’ils refranchissent l’Euphrate d’Ouest en Est.

 

Le risque premier consiste, pour les Kurdes, à voir le sultan absolu égarer des obus dans la bataille de Jarabulus afin qu’ils touchent les positions des FDS-YPG toutes proches. Ce faisant, il s’exposerait à tuer des Américains, des Français, des Britanniques ou des Allemands, ce que personne de normalement constitué ne se hasarderait à faire. Mais celui qui règne sans partage sur la Turquie est-il quelqu’un de véritablement sensé ? On ne va pas tarder à le savoir.

 

L’autre risque réside en cela que le président islamiste ottoman s’essaye à établir la zone d’influence dont il rêve depuis longtemps, le long de sa frontière, en territoire syrien, ce qui, s’il y parvenait, empêcherait les Kurdes d’unifier le Rojava.

 

Reste qu’il existe une différence fondamentale entre s’emparer de la ville frontière de Jarabulus, déjà à moitié turquisée, et s’avancer en territoire syrien sur plusieurs dizaines de kilomètres en affrontant les Kurdes qui s’y trouvent, voire les soldats du régime d’Assad. Non seulement les coalisés ne verraient pas cela d’un bon œil, eux qui combattent dans le Rojava pour établir une séparation géographique entre DAESH et la Turquie, mais les Russes prendraient probablement la mouche et n’hésiteraient pas à envoyer leurs Soukhoï au-devant de l’armée du sultan.   

 

C’est pour ne pas provoquer ces deux susceptibilités qu’Erdogan a préféré, ce matin, envoyer au casse-pipe des volontaires étrangers et non son armée. Depuis les années que nous le suivons, nous avons heureusement décelé chez cet individu un écart considérable entre les menaces qu’il profère et celles qu’il met en chantier.

 

En plus de ce qui précède, des chefs Peshmerga ont attiré mon attention sur le fait que les supplétifs du sultan n’avaient "pas encore conquis Jarabulus". Ils m’ont dit que les mêmes éléments à la solde d’Erdogan, non loin de là, à al Raï, également sur la frontière de la Turquie et avec l’appui massif de ses soldats, avaient mis des semaines à enlever la petite ville. Ils ont ajouté que les dix tanks engagés dans la bagarre à Jarabulus ne suffiraient pas à eux seuls à faire la différence et que les djihadistes, surtout lorsqu’ils sont acculés, sont de meilleurs combattants que ces amalgames d’illuminés de bric et de broc. A midi (mercredi), ils n’avaient réussi à chasser DAESH que du lieu-dit Kaklijah et de quatre autres positions le long de la frontière, par où ils étaient, peu avant, entrés en Syrie.

 

 

Les Kurdes chassent les soldats du régime d’Assaké après une semaine de durs combats

 

A Assaké, dans le Rojava oriental, à 250 km à l’est de Jarabulus à vol d’oiseau, des combats ont opposé, une semaine durant, les YPG et l’Armée régulière d’al Assad.

 

Al Assaké est une ville de 250 000 habitants, à majorité kurde et arabe, avec d’importantes minorités chrétiennes, assyrienne et araméenne. Jusqu’au déclenchement des combats, l’Armée gouvernementale occupait environ 25 % de la cité, principalement les quartiers centraux.

 

Il y a huit jours, suite à des escarmouches, les Peshmerga ont donné l’assaut aux positions de l’Armée et les ont rapidement enfoncées, ce qui a déclenché, vendredi dernier, des bombardements de la part de l’aviation du régime.

 

Prenant prétexte de la présence de forces américaines dans la région, l’U.S Air Force est rapidement intervenue pour intimider les pilotes d’Assad qui ont aussitôt cessé leurs attaques. Lundi, Peter Cook, le porte-parole du Pentagone, avait lancé un cinglant avertissement à Damas, lui signifiant que les Etats-Unis défendraient "leurs forces là où elles se trouvent", et conseillant à Assad "de se tenir à l’écart de là où nous opérons !".

 

Dans le même temps, les Kurdes lançaient un ultimatum aux soldats du régime, déjà complètement encerclés et débordés, leur proposant soit de se rendre en leur promettant de les traiter "comme des frères", soit de s’apprêter à mourir.

 

Suite à quoi des pourparlers s’étaient ouverts sous l’égide de la Russie, qui ont abouti à un accord et à un cessez-le-feu entré en vigueur mardi matin à 2 heures. Aux termes du compromis en question, les Kurdes conservent le contrôle des zones qu’ils ont conquises, tandis que les Syriens et leurs affidés sont contraints de quitter la ville avec interdiction d’y revenir.

 

L’armée du régime continuera de gérer, à titre symbolique, un minuscule périmètre – moins de 5 % de la ville – situé au centre de celle-ci. Toujours en conformité avec les conditions du traité, les deux camps sont en train d’échanger leurs prisonniers, leurs blessés et les corps des hommes morts au combat.

 

Après cette défaite humiliante, le régime ne contrôle plus, dans le Rojava, qu’un périmètre militarisé situé dans la ville de Kameshli, à 73 km au nord-est d’Assaké. La zone gouvernementale, qui correspond à un petit tiers de la ville et de sa banlieue, inclut le poste frontière avec la Turquie, l’aéroport, ainsi que le quartier arabe et une partie des quartiers chrétiens.

 

Kameshli, qui compte 230 00 habitants avec sa périphérie est aujourd’hui la capitale de facto du Rojava. La majorité d’entre eux est kurde, avec une forte minorité arabe, ainsi que des (chrétiens) Assyriens [le nom donné aux Syriaques orthodoxes. Ndlr.] et des Arméniens. [La cité était également, jusque dans les années trente, un haut lieu de la présence et de la culture juive, qui s’étendait à Nusaybin (de l’hébreu Nitzavim, "ceux qui s’y trouvent, qui y sont", du côté turc de la frontière. La quasi-totalité des Juifs ont quitté les lieux en 1947, après la proclamation de l’indépendance de l’Etat d’Israël et les persécutions qui s’en suivirent de la part du régime baathiste de Damas). Ndlr.].

 

Les responsables des YPG avec qui j’avais parlé lors de mon dernier passage à Kameshli et Assaké au début des combats entre les Kurdes et l’Armée, m’ont prédit qu’à court ou moyen terme, il s’agira de chasser les soldats d’Assad du Rojava, en tentant de ne pas se brouiller avec les Russes. 

 

 

De plus en plus de miliciens du Hezbollah refusent de retourner combattre en Syrie

 

Les media libanais et arabes font état cette semaine du refus de dizaines de miliciens chiites libanais de retourner combattre en Syrie aux côtés des soldats du régime, des Iraniens et des Russes.

 

Les réfractaires expliquent qu’ils se font tuer pour rien, car l’Armée gouvernementale se montre incapable de tenir les positions que les Hezbollani libèrent au prix d’énormes pertes.

 

On ne signale pas, pour l’instant, d’actes de représailles physiques contre les miliciens récalcitrants, mais l’Iran a cessé de leur payer leur solde et de leur procurer d’autres avantages liés à leur participation à la Guerre Civile Syrienne.

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant