Share |

La grande dérive des Juifs américains de gauche

La grande dérive des Juifs américains de gauche(info # 012208/16)[Analyse]

Par Guy Millière©MetulaNewsAgency

 

L’une des questions qui m’est le plus souvent posée lors des conférences que je donne en Europe ou en Israël concerne les Juifs américains. Comment ceux-ci peuvent-ils continuer à voter massivement à gauche, alors que la gauche américaine est de plus en plus indifférente à l’antisémitisme dans le monde, et de plus en plus hostile à Israël.

 

Ma réponse consiste en général à citer le livre de Norman Podhoretz, Why Jews Are Liberal [Pourquoi les Juifs sont-ils libéraux (Démocrates)], publié au lendemain de la victoire de Barack Obama en 2008. Norman Podhoretz y explique que de nombreux Juifs américains ne sont plus juifs que du bout des lèvres et, sans s’en rendre compte, ont changé de religion pour adhérer plutôt qu’au judaïsme à un substitut de religion constitué par les idées de la gauche américaine.

 

J’ai longtemps faite mienne cette explication, et je continue à la penser pertinente. Je l’ai déjà dit ici. J’ai considéré que l’aveuglement de nombre de Juifs américains concernant Barack Obama tenait à une volonté chez les Israélites concernés de ne voir chez celui qui est encore président des Etats Unis pour quelques semaines que le « progressisme », quitte à oublier d‘autres aspects bien plus sordides de son action. J’ai voulu, sans l’accepter, excuser cet aveuglement autant que faire se peut, en me disant que, tout de même, les Juifs américains de gauche n’étaient pas, eux, à la différence de celui pour qui ils avaient voté, indifférents à l’antisémitisme et en position d‘hostilité à Israël.

 

Alors qu’une nouvelle élection présidentielle va avoir lieu et, dans un contexte où il semble qu’une proportion très importante de Juifs américains s’apprête à voter pour Hillary Clinton, j’ai davantage de difficultés à vouloir continuer à les excuser, et j’ai une nette propension à me poser beaucoup de questions à leur égard.

 

D’une part, le Comité National Démocrate, en faisant campagne pendant les élections primaires pour Hillary Clinton et contre Bernie Sanders, n’a pas hésité à utiliser des arguments antisémites et a suggéré à des groupes Démocrates locaux, comme l’ont révélé nombre d’emails divulgués, de souligner que Bernie Sanders est juif, ajoutant que cela dissuaderait des électeurs de voter pour lui. A quels électeurs s’adressaient des messages de ce genre ? Est-il nécessaire de répondre ?

 

Ce recours à des arguments antisémites était d’autant plus nauséabond que celle qui dirigeait à l’époque le comité en question était une Juive, s’agissant de Debbie Wasserman Schulz. Je sais qu’il existe des Juifs antisémites : si Debbie Wasserman Schulz n’en fait pas partie, elle n’a, pour le moins, aucun scrupule.

 

D’autre part, des propos anti-israéliens ont été tenus à la Convention Démocrate, et des drapeaux israéliens ont été brûlés et piétinés devant l’entrée du bâtiment où elle se tenait, sans que cela n’ait semblé émouvoir qui que ce soit, à commencer par Hillary Clinton et son colistier, Tim Kaine.

 

On peut ajouter que, quand bien même elle parle d’amitié envers Israël, Hillary Clinton n’a cessé d’avoir, ces dernières années, des fréquentations douteuses, incluant Sydney Blumenthal et son fils Max, qui lui est sans aucun doute un Juif antisémite, résolument « antisioniste », puisqu’il fréquente le Hamas et traite l’Armée israélienne d’armée nazie.

 

On doit ajouter que la Fondation Clinton a reçu des subventions massives de pays du monde musulman adeptes de la Sharia et clairement hostiles à Israël.

 

On doit ajouter, bien sûr, qu’Hillary Clinton n’a cessé d’appuyer toutes les initiatives anti-israéliennes de Barack Obama, y compris les pires, à l’instar de l’accord passé avec les mollahs de Téhéran en 2015.

 

On peut noter que si Debbie Wasserman Schulz a démissionné de son poste au parti Démocrate après que les manœuvres antisémites susdites aient été mises au jour, elle a été aussitôt embauchée par Hillary Clinton qui en a fait sa directrice de campagne.

 

Que tant de Juifs américains s’apprêtent à voter pour Hillary Clinton en ce contexte montre de leur part non seulement une indifférence à l’antisémitisme, mais aussi une acceptation de l’utilisation de l’antisémitisme à des fins électorales. Et non seulement une acceptation de positions hostiles à Israël, mais aussi une acceptation de l’ « antisionisme » le plus extrême.

 

J’ai du mal à penser que les Juifs américains qui vont voter Hillary Clinton sont encore juifs, même du bout des lèvres. Je serais enclin à penser qu’ils adhèrent pleinement aux idées de la gauche américaine. Qu’ils le fassent en un moment où la gauche américaine adopte des positions et des comportements de plus en plus fangeux me laisse pour le moins perplexe.  

 

Voir des organisations juives censées lutter contre l’antisémitisme, et qui ont un passé honorable, telles que l’Anti-Defamation League [la Ligue anti-diffamation] adoptant des positions et des comportements qui sont ceux de la gauche américaine, participer aux réunions de J Street, l’organisation de « défense d‘Israël » qui défend surtout les mollahs et qui est financée par de multiples personnes qui veulent la destruction d’Israël est incompréhensible. La voir inviter en qualité d’orateurs des représentants d‘organisations résolument « antisionistes » et antisémites, telle le Syrian American Council [le Conseil Syrien Américain], dont le président, Hussam Ayloush, soutient explicitement le Hamas, me laisse plus perplexe encore. Que l’Anti Defamation League et le Syrian American Council appellent à voter Hillary Clinton, dans ces conditions, ne me surprend pas le moins du monde.

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant