Share |

DE CATHOLIQUE, A JUIVE ASSOCIEE AUX BNEI NOA'H - TEMOIGNAGE, par Tsipora Hodaya Antonietti

DE CATHOLIQUE, A JUIVE ASSOCIEE AUX BNEI NOA'H - TEMOIGNAGE

 

Je suis née à Paris, de famille corse, catholique. Mais la religion ne m’intéressait pas. Simplement, je me sentais toute seule et, dans ma souffrance, j’ai toujours su que D.ieu est là, avec moi, qu’Il est mon Père qui m’aime et prend soin de moi, et je Lui parlais, dès toute petite.

 

Plus tard, avec les études de Droit et le travail, j’ai perdu ce contact et l’ai oublié.... je suis alors devenue très malade, de la souffrance qui était en moi, et dépressive. J’ai pensé qu’en quittant Paris et en vivant en Corse, je serais heureuse. Mais... nous transportons partout avec nous ce qui est en nous... Cette prise de conscience, et les premiers temps de vie à Ajaccio, furent donc très durs pour moi, jusqu’à ce qu’un jour, par une église protestante évangélique, j’entende le verset de Jérémie 29.11 où D.ieu dit (dans la traduction française que j’entendis à l’époque) « Je connais les projets que J’ai formés pour toi, projets de paix et non de malheur, afin de te donner un avenir et de l’espérance ». Tout d’un coup, la présence de Dieu et Son amour faisaient à nouveau irruption dans ma vie ! Il me redonnait le lien avec Lui ! Lisant, dans les Textes, que D.ieu interdit de faire des statues et représentations, et de se prosterner devant, je quittai l’église catholique pour les Protestants Evangéliques. Je créai même une librairie biblique, « la Source de l’Espérance » que j’ai gérée presque 10 ans : je voulais que tous connaissent cette Parole qui m’avait donné une telle espérance !

 

Je fus invitée à une semaine de séminaire sur les relations entre Juifs et Chrétiens ; entre la France et Israël. Ce fut un choc brutal pour moi (et pour nous tous), de découvrir les horreurs de ces 2000 ans d’histoire, au nom de ce qui était notre religion, ainsi que les mensonges actuels des médias, des politiques et des nations, contre Israël. J’ai alors créé un site internet pour dénoncer ces mensonges et injustices ; j’ai écrit de nombreux courriers aux politiques et médias, et des articles que d’autres sites publiaient aussi. Ce fut le début d’un combat que j’ai mené durant presque 10 ans, écrivant aussi deux livres (« Israël au cœur, tomes 1 et 2, éds Persée).

 

Puis, un jour, je reçus dans le cœur cette conviction, cet appel : « quitte tout pour servir Israël ». Je ne connaissais rien ni personne, en Israël, ni même la langue. Comment tout quitter, pour où, avec qui, quand, et pour quoi faire ?.... Je savais que je le ferais, mais je n’avais aucune idée de comment. Durant les mois qui suivirent, Dieu me donna un contact, puis un autre, puis ouvrit finalement la porte de Sar-El, les bénévoles de Tsahal : je vins donc, avec des Juifs de France, comme bénévole, deux semaines dans une base de l’armée. Ayant la conviction que c’était enfin « la bonne porte », je laissai mon travail et ma vie en Corse et arrivai en Israël en mai 2005, il y a un peu plus de 10 ans. Sar-El m’envoya comme bénévole dans des Maisons de Retraite, dans des services de personnes complètement dépendantes. Et, à différentes reprises, surtout pendant les guerres, je suis revenue dans une Base pour aider.

 

Après 6 ans de ce bénévolat, un ami m’invita un jour à un cours de Torah du Rav Dynovisz, à Jérusalem. Tout de suite, je « sus » que c’était la vérité et qu’Israël a, bien sûr, la véritable lecture des Textes. Je voulus quitter ce que je découvrais comme la « substitution » et une lecture mensongère. C’est alors que je fus invitée au Symposium des Bnei Noa’h, organisé par le Rav Cherki, à Jérusalem, en juillet il y a exactement 4 ans. J’ai immédiatement aimé cette conception de l’humanité, où chacun a sa place, Israël comme cœur d’un grand corps, et les personnes des Nations comme cellules des membres de ce corps. Moi aussi, je voulais m’y engager et y trouver ma place. Mais... quoi faire de tout ce que j’avais entendu pendant 58 ans ?!

 

C’est ainsi que j’arrivai, avec toutes mes interrogations. Au fil des mois, le Rav Cherki répondit à mes questions et me prêta l’excellent livre d’Avraham Livni, « le Retour d’Israël » qui acheva de me convaincre. Si bien qu’en novembre 2011, je m’engageai comme Bat Noa’h.

 

Il fut dur, bien sûr, de perdre pratiquement tous les amis et les contacts de toute une vie ! Et aussi tout l’engagement que j’avais, de soutien à Israël, par les sites qui me demandaient d’écrire pour eux, ou publiaient mes lettres et articles. Mais j’ai choisi la vérité, renonçant à tout le reste.

 

Peu à peu, un autre engagement s’ouvrit à moi, puisque le Rav Dynovisz me proposa d’enregistrer mon témoignage, puis de courts enseignements et exhortations pour les Bnei Noa’h et le Rav Cherki m’offrit d’intervenir à diverses reprises, notamment à son Symposium, à des radios ou même à la télévision israélienne ! Beaucoup m’écrivirent qu’ils avaient découvert leur propre identité, grâce à mes interventions, et voulaient aussi s’engager comme Ben ou Bat Noa’h. Je créai aussi un blog des Bnei Noa’h et une chaîne youtube. Il m’avait semblé tout perdre, mais D.ieu me redonnait, autrement.

 

Finalement, j’ai été Bat Noa’h deux ans. Un jour, soudain, quelque chose s’éveilla en moi : je voyais clairement que je faisais partie de ce peuple et de ce pays, je « savais » que c’était mon identité profonde et véritable. Et j’eus la conviction que je devais poursuivre mon chemin et me convertir.

 

A nouveau, il fallait tout laisser, mon nouvel engagement comme Bat Noa’h, et même le fait d’être « non-Juive et non-Israélienne soutenant Israël », comme je l’avais toujours proclamé. Mais c’était évident que je devais le faire. D’ailleurs, tous les amis juifs (qui me connaissaient depuis parfois 8 ou 10 ans), à qui j’annonçai par la suite ma décision, me dirent tous qu’ils avaient toujours su qu’un jour je me convertirais, mais ils ne me l’avaient pas dit pour que je puisse l’entendre moi-même.

 

Il y a donc maintenant un an et demi que je suis Juive, vivant dans un tout petit ichouv (village) du Goush Etsion (dans le territoire de Yehuda, en Israël). Peu à peu, j’y ai trouvé du travail. Mais comment m’engager encore ? J’avais toujours dans le cœur la conviction de reprendre mon blog des Bnei Noa’h, en plusieurs langues, et aussi ma chaîne youtube, également en plusieurs langues. Mais comment et pour dire quoi ? Ne sachant pas, j’attendais les « portes » que D.ieu allait m’ouvrir.

 

C’est alors qu’un groupe de femmes ‘Habad du ichouv me proposa d’étudier avec elles, le Shabbat, le livre de Rav Ginsburgh sur les Bnei Noa’h « Kaballah and Meditation for the Nations » en vue d’une action en faveur des Nations ! Pourtant, je ne suis ni ‘Habad, ni de langue anglaise ! Je le pris donc comme un encouragement venant de Dieu.

 

Parallèlement, les Bnei Noa’h francophones me contactèrent à plusieurs reprises, pour me proposer de faire partie d’un de leurs groupes fb des Bnei Noa’h, puis d’un autre, etc... Plusieurs y ont d’ailleurs publié mes témoignages vidéo, disant même parfois qu’ils étaient devenus Bnei Noa’h grâce à mon témoignage, ce qui contribua encore à m’encourager dans cette direction. Finalement, ils me proposèrent d’étudier avec eux, en skype, un autre livre, « the Divine Code » du Rav Weiner, avec le Rav Peres de Jérusalem. A plusieurs reprises, ils me demandèrent de prier pour eux, ou même d’aller au Kotel, pour eux ou pour les intentions qu’ils me confiaient. Des liens se sont tissés, de plus en plus profonds, de confiance et de réelle amitié ; puis aussi avec des personnes ou groupes d’autres langues.

 

C’est ainsi que j’ai été poussée à retravailler sur mon blog, y mettant l’information la plus large concernant les Bnei Noa’h, en diverses langues, afin de contribuer, moi aussi, à ce que des personnes du monde entier, cherchant aussi leur identité, puissent la trouver. Et j’ai recommencé à enregistrer des vidéos, en plusieurs langues, comme D.ieu me l’avait mis dans le cœur depuis plus d’un an. Et maintenant, j’écris ce témoignage, à la fois pour mesurer tout le chemin que D.ieu m’a fait parcourir et pour « fermer le cercle ». Surtout, pour qu’il serve d’encouragement à d’autres.

 

En effet, à plusieurs reprises, je m’étais engagée puis, par fidélité et obéissance à D.ieu, j’avais renoncé à un engagement, puis à un autre. Mais Lui savait très bien où, finalement, Il m’attendait : dans ce tout petit village, apparemment coupée de tout mais où je suis, en fin de compte, en lien avec le monde entier : après avoir cherché ma voie comme Catholique, puis Evangélique, puis Bat Noa’h, je suis finalement Juive, travaillant en association avec des Bnei Noa’h dans le monde entier, pour construire ensemble le grand Projet d’Hachem !

 

Que ce témoignage puisse encourager tous ceux qui cherchent leur identité et leur place, ou qui ont l’impression que les portes de leur vie se ferment ; ceux qui se disent qu’ils ont renoncé pour D.ieu, ou ont perdu.... Avec D.ieu, rien n’est jamais perdu ! Il a tout Son temps et, si nous le voulons et Lui obéissons, même si nous ne comprenons pas Ses chemins, Il nous fera arriver au bon endroit, dans le Plan qu’Il a pour nous et dont.... toutes les étapes précédentes font aussi partie ; elles étaient même toutes nécessaires à notre Service, et pour que soit constitué le grand puzzle de notre vie.

 

Que D.ieu vous bénisse tous.

Tsipora Hodaya Antonietti

 http://bneinoah-lareparationdesnations.blogspot.co.il/2015/07/de-catholique-juive-associee-aux-bnei.html
Vidéo : DE CATHOLIQUE, A JUIVE ASSOCIEE AUX BNEI NOA'H - TEMOIGNAGE

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Merci

Publier un nouveau commentaire

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.

Contenu Correspondant