Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

SALLE CAMUS *****EN DIRECT CHEZ CAMUS *****.

Envoyé par albert 
Re: SALLE CAMUS *****EN DIRECT CHEZ CAMUS *****.
27 mai 2010, 20:16
Je vais penser à La Rue des Corses, mon ami Albert !

Mon frère Il Diavolo ? je te donnerai des nouvelles de qu'il écrit.
Re: SALLE CAMUS *****EN DIRECT CHEZ CAMUS *****.
28 mai 2010, 08:34

Les palestiniens : point de vue japonais

De Yashiko Sagamori


Source : terre d'Israël

Un point de vue japonais sur les palestiniens : on ne peut mieux faire !
Le monde est-il totalement stupide ? Un questionnaire intéressant pour les avocats palestiniens. Si vous êtes si surs que la « Palestine, le pays, a toujours été reconnue historiquement », j’espère que vous êtes capables de répondre a quelques questions de base sur ce pays de Palestine :

1. Quand le pays a-t-il été fonde et par qui ?

2. Quelles étaient ses frontières ?

3. Quelle était sa capitale ?

4. Quelles étaient ses villes les plus importantes ?

5. Quelles étaient les bases de son économie ?

6. Quelle était sa forme de gouvernement ?

7. Pouvez-vous nommer au moins un leader palestinien avant Arafat ?

8. La Palestine a-t-elle été jamais reconnue comme un pays dont l’existence, alors ou maintenant, ne laisse aucune place a interprétation ?

9. Quelle était la langue de la Palestine ?

10. Quelle était la religion prédominante de la Palestine ?

11. Quel était le nom de sa monnaie ? Choisissez une date quelconque dans l’histoire et dites quel était le taux de change approximatif de l’unité monétaire palestinienne par rapport au dollar US, au mark allemand, a la livre anglaise, au yen japonais ou au yuan chinois a la dite date.

12. Et enfin, étant donne que ce pays n’existe pas actuellement, qu’est-ce qui a cause sa disparition et quand est-elle survenue ? Vous vous lamentez sur le « naufrage » d’une nation « qui fut fière ». Alors dites-moi, quand exactement cette « nation » a été fière et de quoi elle était fière ?

Et voici la question la moins sarcastique de toutes : Si les peuples que vous appelez par erreur « palestiniens » ne sont que des arabes génériques arrives de tout –ou qui ont été chasses de tout – le monde arabe, s’ils ont réellement une véritable identité ethnique qui leur donne le droit a l’autodétermination, pourquoi n’ont-ils jamais essaye de devenir indépendants avant que les arabes ne subissent leur défaite dévastatrice lors de la guerre des Six Jours ?

J’espère que vous éviterez la tentation de faire descendre les « palestiniens » actuels des philistins de la Bible en utilisant l’étymologie étant donne que sur le plan historique, cela ne marche pas.

La vérité devrait évidente pour tous ceux qui veulent la connaître. Les pays arabes n’ont jamais abandonne le rêve de détruire Israël ; ils le caressent encore aujourd’hui. La réalisation de leur objectif diabolique par les armes, ayant encore et encore échoue, ils ont décide de combattre Israël par procuration.

A cet effet, ils ont crée une organisation terroriste, appelée cyniquement « le peuple palestinien » et l’ont installée a Gaza, en Judée et en Samarie. Comment peut-on expliquer autrement le refus de la Jordanie et de l’Egypte respectivement, de reprendre la Cisjordanie et Gaza ?

Le fait est, que les arabes qui peuplent Gaza, la Judée et la Samarie réclament beaucoup moins d’exister en tant que nation qu’une tribu indienne qui a émerge avec succès dans le Connecticut dans le but de lancer un casino exonéré de taxes ; cette tribu, au moins, était motivée par un but constructif. Les soi-disant « palestiniens » ont une seule motivation : la destruction d’Israël et, a mon avis, ce n’est pas suffisant pour les considérer comme une nation » - ou quelque chose d’autre que ce qu’ils sont réellement : une organisation terroriste qui sera démantelée un jour.

En fait, il n’y a qu’une seule façon d’obtenir la paix au Moyen Orient. Les pays arabes doivent reconnaître et accepter leur défaite dans leur guerre contre Israël. En tant que vaincus ils doivent payer des réparations a Israël pour les plus de 50 ans de dévastation qu’ils lui ont cause. La forme la plus appropriée de réparation serait l’évacuation de leur organisation terroriste de la terre d’Israël et l’acceptation de l’ancienne souveraineté d’Israël sur Gaza, la Judée et la Samarie. Cela marquerait la fin du peuple palestinien.

Comment a-t-il commence, dites-vous ?

Rédigé par Yashiko Sagamori

Question subsidiaire (ajoutée par J Ouanounou) : Dans l'absence de discernement et la lâcheté qui sévissent aujourd'hui, où on explique que les juifs doivent se laisser bombarder, je sais que le simple fait de poster ces questions va me classer parmi les fanatiques "allumés". En quoi le fait de POSER DES QUESTIONS d'ordre historique, géographique, économique ou littéraire, constitue une forme de fanatisme ? Ne tournez pas autour du pot s'il vous plaît : si vous avez des réponses qui valent un sou à mes questions, soyez gentil de me les donner ...

Source : [marcoroz.over-blog.com]


Re: SALLE CAMUS *****EN DIRECT CHEZ CAMUS *****.
28 mai 2010, 16:20
Toc ! Toc ! J'arrive avec la maison du berger Maltais.
Re: SALLE CAMUS *****EN DIRECT CHEZ CAMUS *****.
28 mai 2010, 16:56
La maison du Maltais




— el maaja maajti, ez zob zobi, lach et ched et t’hin
?

Mon voisin Abora était d’origine Maltaise, mais il parlait couramment la langue Arabe Tunisienne, le Judéo Arabe aussi. Abora tenait dans une grande maison un troupeau de chèvres qu’il nourrissait bien, et qui le nourrissaient de même, et plus encore.

Il était toujours habillé en bleu de chauffe et coiffé d’une petite chéchia rouge. Il était d’une petite taille, mais sa langue beaucoup plus développée répliquait facilement. Chaque matin, il sortait son troupeau et vendait son lait pétillant, cherchant un terrain ou l’herbe poussait en abondance, plus ou moins. Vers le coup de 13 ou 14 heures, les repas s’intervertissaient, le bétail retournait dans sa cour et le patron cassait sa croûte.

Si l’un des voisins ou quiconque voulait du lait, la porte n’était pas verrouillée et on pouvait entrer sans frapper, demander la quantité de lait voulue, payer et sortir. Pas de crédit chez mon voisin, à part quelques privilégiés en qui il avait confiance, et qui lui rendaient son du avec un surplus.


Les dégringolades de Simon.


Quand il se fâchait il jurait de la Madonna, et alors l’intrigant s’en allait. Rien d’enquiquinant n’arriva à Abora, si ce n’était mon frangin Simon (paix à son âme), qui aimait venir faire le « sky » chez Abora.

En guise de patins Simon s’asseyait sur une planche à roulettes, avec un guidon monté sur un gros roulement à billes. Comme le parterre d’Abora était cimenté et lisse, Simon se laissait pousser vers la pente située entre les deux battants, et il déambulait dans un fracas de roulement de cogue-laggers, effrayant le troupeau. Alors, parmi les bêtes c’était une valse indienne, un brouhaha à tout casser.
Abora commençait alors à jurer :
« Ouras El Madona, nahki el bouk – Par la Madone, je raconterai à ton père».

C’était moi qui intervenais, sauvant la situation en proposant à Simon des jeux plus tranquilles, à la toupie par exemple. Ce qui me coûtait le prix du joujou et ainsi s’envolaient mes économies d’une semaine
Je me rappelle trois anecdotes concernant notre voisin berger.

La première : les voleurs.

Des chapardeurs se sont introduits chez Abora de nuit, dans le but de le voler. Réveillé en sursaut il poussa un cri terrifiant et a ce signal, les bêtes se mirent à courir, à sauter, à se bousculer dans une danse nocturne gênant ainsi les malfaiteurs qui en arrivant à la porte, glissaient sur la pente gluante de l’entrée et se retrouvaient sur le dos ou sur le ventre entre mêlés dans le pipi de chèvres. Ils ne s’échappèrent que lorsque le maître l’a voulu, après force coups et injures. Tout le quartier fut en branle bat, et les pierres fusèrent dans le trajet des fuyants.

La deuxième : La chèvre, la verge et le cierge.

Un client venu chez notre berger,
tard dans la soirée pour quérir du lait, trouva notre voisin dans une pose romantique avec sa chèvre préférée Halbe. Comme le visiteur s’étonnait, Abora lui répliqua du tac au tac :

— C’est ma chèvre et ma verge, pourquoi viens tu tenir la chandelle ? (Ce qui voulait dire : de quoi te mêles tu ?) En Arabe ça sonne mieux :
— el maaja maajti, el zob zobi, lach et ched et t’hin.

La troisième : La mort du berger.

Comme dans la fable de La Fontaine, à la mort de Abora, on chercha en vain un trésor caché dans la maison. Le propriétaire de la demeure la vendit à deux frères. Le bruit a couru que le défunt avait peu de dépenses et par contre, il a du cacher de l’argent quelque part. Les nouveaux propriétaires firent tomber les murs, ordonnèrent de creuser toute la surface de la maison en profondeur, et de chercher dans « toute place ou la main ne passe et repasse ». Mais rien ne fut trouvé.

Peut être ont-ils trouvé et caché leur aubaine ?
Peut être qu’Abora a emporté son secret dans la tombe ?
Peut être que le propriétaire du bâtiment, loué au feu berger, a inventé une astuce pour obtenir un bon prix de la vente ?

Toutes les hypothèses sont plausibles. Pour ma part, je me souviendrai toujours de mon voisin, comme d’un être pittoresque.
Re: SALLE CAMUS *****EN DIRECT CHEZ CAMUS *****.
09 juin 2010, 11:50
HARISSA VUE PAR CAMUS.


Harrissa

L'arôme de l'Harissa,
Qui ne languit pas ?
Avec la ôsbana, la coucla
Les œufs durs le PTB
Et le vin rouge Bokoubza
Ou une goutte de Boukha
Avec des salades autour
Des boulettes, l'ADRA
A la fin du fin repas
Qui n'en a pas la nostalgie ?

Re: SALLE CAMUS *****EN DIRECT CHEZ CAMUS *****.
11 juin 2010, 06:27
POT POURRI POLITIQUE sans PERIODICITE ni PRIORITE



Albert Soued et www.nuitdorient.com – N° 16 - le 11 juin 2010

Etats-Unis

- L'administration Obama semble vouloir enlever à Israël la plupart de ses moyens de dissuasion. En effet l'extension des implantations en Judée et Samarie peut être considérée en effet comme un moyen de dissuasion des Palestiniens de prolonger les hostilités. Or le président Obama a exigé l'arrêt de ces extensions aussi bien en Judée et Samarie qu'à Jérusalem. De même son administration vient de voter en faveur d'une réunion en 2012 de la Commission de l'Onu de non prolifération nucléaire pour obliger Israël à dévoiler son arsenal. Or l'ambiguïté du nucléaire d'Israël est un atout de sa dissuasion. Enfin récemment le vote défavorable du Conseil de Sécurité, concernant le blocus de Gaza, où pour la 1ère fois les Etats-Unis n'ont pas utilisé leur veto, est un flagrant révélateur des tentatives répétées du président Obama d'affaiblir l'état hébreu.

- Le président Obama a réuni pendant 2 jours des entrepreneurs de nombreux pays musulmans pour développer des liens économiques avec eux et y investir à travers le Fonds Global Américain pour la Technologie et l'Innovation. Alors que par ailleurs des statistiques montrent que près de 20% de la population des prisons est musulmane et qu'une personne de couleur incarcérée sur 3 se convertit à l'Islam wahabite lors de son séjour. Importé de l'Arabie saoudite, cet Islam radical sévit dans la majorité des groupes Musulmans. Sorti de prison le nouveau Musulman, James A. Larry, 31ans a confessé avoir tué à Chicago sa femme et 3 autres parentes, blessé sa mère et sa nièce, parce qu'elles refusaient de se convertir et de porter le "niqab". Rappelons que l'administration Obama interdit de mentionner dans les documents officiels la terminologie "Islam radical". La politique d'apaisement de cette administration ne semble pas porter des fruits.

Iran

- A la demande de la députée du Parlement italien, Fiamma Nirenstein, une pétition a été signée par des parlementaires d'Italie, d'Allemagne, d'Espagne et de Suède demandant d'inclure dans la liste européenne des Organisations terroristes, les Gardiens de la Révolution et leur filiale la milice Bassiji, responsables de la terrible répression de l'opposition en Iran et cause importante de l'instabilité au Moyen Orient, à l'instar de la décision américaine en 2007 (Executive Order 13382) à leur encontre à l'encontre de la Brigade al Qods (Executive Order 13224),

- L'agence AIEA rapporte que l'Iran a aujourd'hui assez de combustible pour construire 2 bombes nucléaires.

Israël

- Grand maître Soufi de l'Ordre Naqshbandi, chef de la Communauté Ouzbek (4000 membres), fondateur du groupe interconfessionnel "Frères de la Paix" de Jérusalem, le sheikh Abdel A'ziz Boukhari vient d'être enterré à 61 ans, par ses frères soufis et ses amis juifs et chrétiens dans la sépulture familiale. Il a lutté toute sa vie contre le radicalisme musulman et était constamment menacé, car accusé d'être "baha-i" et "franc-maçon". Il a largement inspiré le fondateur du CPI, Centre pour un Pluralisme Islamique, Stephens Soulayman Schwartz, qui a écrit le livre "L'autre Islam: le soufisme et la Voie vers l'Harmonie Globale", publié en 2008.

- Selon Silvan Shalom, vice-1er ministre et ministre du Développement régional, les négociations indirectes actuelles avec les Palestiniens ne mèneront nulle part, car M Abbas ne pourra pas accepter moins que ce qu'Arafat avait rejeté dans le passé, alors qu'aucun ministre israélien ne peut offrir plus. L'héritage laissé par Arafat mène à une impasse. Pour S Shalom, la campagne de boycott menée par l'Autorité palestinienne et certains arabes israéliens contre les produits des implantations est un scandale, mais aussi une surenchère due essentiellement au désir du 1er ministre Salam Fayyad de paraître "acceptable" pour les anciens de l'Olp, afin qu'il puisse succéder à Mahmoud Abbas.

- Selon Itamar Marcus, fondateur et directeur de PMW (Palestinian Media Watch), aucune paix n'est possible avec les Palestiniens, si les incitations à la haine se poursuivent. Les incitations aujourd'hui se situent à tous les niveaux, d'abord promotion de la haine, et les actes de terreur deviennent des actes de résistance, puis appel à tuer des Juifs, enfin glorification du meurtre. Les terroristes sont honorés par des noms de places ou de rue, de lieux publics et celui d'événements importants.

Gaza (blocus)

- Un texte régissant le commerce international en haute mer, adopté le 12 juin 1994, stipule, entre autre, dans son Article 67 "Les navires de commerce battant pavillon neutre ne doivent pas être attaqués sauf :

a) si l'on peut raisonnablement croire qu'ils transportent de la contrebande ou qu'ils violent un blocus, et si, après sommation préalable, ils refusent clairement et intentionnellement de stopper ou s'opposent clairement et intentionnellement à toute visite, perquisition ou capture".

- Le Bureau de la Presse du Gouvernement a invité les nombreux journalistes étrangers

qui résident en Israël ou qui traversent le pays à aller visiter les marchés qui regorgent de marchandises et les restaurants de Gaza (notamment Roots Club & Restaurant, Greens Terrace Garden Cafe), ou la nouvelle piscine olympique, afin qu'ils se rendent comptent du luxe étalé, au lieu de se contenter de reproduire des "nouvelles" et des "images" manipulées. Certains reporters, devenus des agents de la propagande palestinienne, ont été outragés par cette proposition, semble-t-il. Il leur a été conseillé de varier leurs reportages, en incluant les nombreuses zones riches et repues de Gaza qui ne souffrent d'aucun "blocus".

Arabie saoudite

Le ministre des Affaires Etrangères al Faisal a dit récemment "Les sanctions contre l'Iran nucléaire sont des solutions à long terme. Nous sommes trop près de la menace (en distance et en temps) pour attendre, et nous voulons des solutions à court terme, des solutions immédiates, plutôt que graduelles". L'Arabie ne cherchera pas à devenir nucléaire comme l'Iran, mais voudra acquérir les moyens de sa dissuasion, avec l'aide du Pakistan, et les moyens de sa défense, un parapluie nucléaire, avec l'aide des Etats-Unis.

Soudan

Avez-vous entendu cette information ? - Le mois de mai a été le plus meurtrier depuis 2008 au Darfour : 600 morts en un seul mois.

Qui le sait ? Qui en a parlé dans les médias ? Avez-vous vu une manifestation sur ce sujet ? Avez-vous vu un communiqué des ONG ou gouvernements pour demander la fin des massacres ? (alors qu'il y avait le sommet France-Afrique à Nice !)

Avez-vous vu un reportage et des journalistes dans les médias (TV, radio, journaux) ?

Mais, où sont-ils ? Où sont les manifestants pour protester contre ces tueries?

Où sont les politiques pour demander des commissions internationales et pour accuser les véritables bourreaux islamistes du Soudan ?

Où sont les ONG pour envoyer des flottilles humanitaires sauver les pauvres noirs massacrés par les milices arabes ?

Où sont les journalistes pour mettre en lumière ces massacres ?

Où sont les éditorialistes pour accuser les assassins ? Où sont ces grands intellectuels ou autres prix Nobel de la paix si prompts à accuser Israël ?

Peut-être, tous ces gens sont trop occupés à autre chose : démoniser l'Etat juif, déligitimer Israël, accuser à tort et accabler un Etat qui se défend contre les tentatives islamistes, en somme, faire un "pogrom médiatique" durant tout une semaine !

Frédéric Lellouche - lellouche.frederic@free.fr

Italie

On a commémoré récemment à San Remo le 90ème anniversaire de la Conférence qui a défini le statut de l'empire ottoman après sa défaite de 1918, à la fin de la 1ère Guerre Mondiale. En 1920, la Conférence de San Remo a pris des résolutions qui ont été entérinées et érigées en loi internationale par la Ligue des Nations (précurseur de l'Onu). Dans ces résolutions, qui ont force légale puisque jamais résiliées ni remplacées par un autre traité, la Terre d'Israël est la patrie des Juifs et inclut la Judée - Samarie ainsi que Jérusalem.
Re: SALLE CAMUS *****EN DIRECT CHEZ CAMUS *****.
24 octobre 2010, 17:00
Les Synagogues de Sfax Par Camus Bouhnik Beer Sheva


Lors de mon voyage en Tunisie en 2009, j’ai eu l’occasion de visiter des sites Juifs, des lieux de cultes dans les villes différentes. J’ai été ému en constatant l’entretien permanent de la Synagogue de Tunis, Avenue de Paris et la Ghriba, cet aimant attirant les touristes de diverses communautés Juives de la Diaspora. D’un autre côté d’autres synagogues étaient pitoyables.




La synagogue de Sbeitla elle, était fermée et il n’était pas possible d’y jeter un coup d’œil. Celle de Gabès, dans une rue parallèle au Boulevard Fallières à Bab El Bhar, était plus ou moins en bonne état, mais les livres saints et les parchemns faisaient peine à voir. Celle de Gafsa n’était plus qu’un bâtiment vide, l’Aron Hakodesh où se trouvaient les Sépharim était muré. Rien à voir à part les murs lamentables.


Les synagogues de Sfax.


D’autres synagogues ont disparu : deux grandes à Gabès et notre synagogue de Mouluinville, Slat Chouchane.

Dans le souk des étoffes dans la médina à Sfax, une petite synagogue est entretenue jusqu’à ce jour par les musulmans du voisinage. Ils y allument les chandelles toues les semaines et la maintiennent en bon état, propre et coquette.

La synagogue Beith-El sur la Route de Picville, ce bel édifice, un vrai complexe comprenant une école de l’Alliance Israélite, la maison du bedeau, le légendaire Soussou Bouhnik, une salle de conférence et la Synagogue.

La salle de conférence et la Synagogue, deux grandes pièces contiguës étaient séparées par un rideau accordéon en bois verni de cinq mètres de haut. Ainsi les jours de fêtes, les deux salles n’en faisaient qu’une, en ouvrant le rideau de séparation et l’on pouvait recevoir aisément le grand public des fidèles.



Notre ami Claude Kayat a parlé longuement de ce lieu de culte dans son livre « La Synagogue de Sfax ». Déjà dans les années 60 du siècle dernier et même avant, après la sortie des Juifs de Tunisie, le Temple subissait des actes de vandalisme du côté de jeunes écervelés qui saisissaient pas encore que la Déclaration de l’Indépendance de la Tunisie ne coïncidait pas avec l’effraction des lieux saints des autres confessions. Carreaux brisés, portes forcées, livres et parchemins déchirés, excréments, c’est qu’ont trouvé sur place nos amis Sfaxiens Marie et David-Daniel Bouhnik.




Marie est pensionnaire habitant Paris, et logeait anciennement dans La Route de Téniour à Sfax.

David-Daniel son fils est marié avec la fille Berrebi ex-propriétaire de la Synagogue de Molinville par héritage. Les deux habitent Beer Sheva, rue de la Alya.

David-Daniel a fait un rêve qui l’incitait à restaurer la Synagogue Beith-El.

Sitôt rêvé, sitôt mis en action. Voici donc la maman et son fils débarquant à Sfax et restaurant ce lieu saint. La maman fournissant les mensualités de sa retraite et le fils faisant les travaux. Des mois de labeur ont abouti à un miracle.




Que D. les bénisse en leur accordant une bonne santé et une longue vie. J’ai rencontré David-Daniel dans sa maison à Beer Sheva. J’ai parlé avec sa maman Marie au téléphone. Ils m’ont raconté les péripéties de l’accomplissement leur tache. Ils sont dignes de respect et d’admiration.

Les photos que je vais vous montrer m’ont été remises par cet homme de bien. Jugez vous-même. J’aurai voulu vous montrer le changement survenu, mais je n’ai pas encore reçu des photos montrant le changement survenu dans la Synagogue Beith-El. Mes amis habitant à Sfax m’ont promis leur aide à ce sujet.

La Synagogue Edmond Azria Rue Philipe Thomas, à Sfax

Lors de son inauguration j’ai été fasciné par la beauté de cette Synagogue, une perle dans son écrin. La salle de prière évoquait plus un théâtre qu’une synagogue. Sièges rembourrés, couverts de velours, meubles raffinés, des grandes tentures exposaient la richesse de ce lieu de culte.

Lors de ma visite à Sfax en 2009, j’ai été chagriné par l’image que je retrouvais.

David-Daniel et sa maman Marie aussi. Ils ont été tellement désappointés, qu’ils ont décidé de commencer les travaux sur l’heure, en mai 2010. Deux mois de travaux et ces deux personnes ont fait l’impossible.



Ils ont évacué des centaines de sacs d’excréments de pigeons, sans crainte de la grippe aviaire. Ils ont nettoyé, astiqué, refait les peintures, remplacé les sièges, rénové toute place, rideau, carreau et meuble. Deux mois de travail sans arrêt et de dépenses énormes.
Après la restauration, le temple a pris de l’allure. Mon ami Sfaxien Samy Enoury, étudiant en architecture vient de m’envoyer des photos qu’il a prises pour illustrer sa thèse sur… les synagogues de Sfax et des environs. J'ai rencontré Samy sur Facebook et nous sommes devenus amis. Merci Samy.

Je vous raconte le récit de ces deux restaurations et je ne vous cache pas que çà a couté une fortune. Des dons pour encourager l’œuvre de nos amis Marie et David-Daniel seront acceptés avec nos remerciements. Contactez David-Daniel à ce sujet, vous trouverez ses coordonnées dans les lignes qui suivent.



Je ne trouve pas les mots nécessaires afin de remercier mes amis Marie et David-Daniel. Ce sont des saints. Je fais le souhait qu’ils vivent longtemps et qu’ils connaissent la joie auprès de leurs enfants et petits-enfants. Une bonne santé mes amis.

Ceux qui visiteront Sfax pourront enfin visiter cette Synagogue rénovée. Les clefs sont chez notre cher ami Maurice Zarka (La Caravelle). Son no de téléphone est : 216 98 41 83 84.

Le no de notre ami David-Daniel est : 972 (0)8-6 19 99 51 et quand il est à Sfax : 216 21 20 54 73.

Merci,

Camus Bouhnik Beer Sheva



Le compte pour les dons :


BANK LEUMI

SWIFT CODE : LUMILITTLV

BRANCHE : HAYEELIM (775)

IBAN : IL620107750000004641808

ADR. SZHDEROT YEELIM BEER SHEVA ISRAEL

ACC. NO. 46418/08 NAME : DAVID BOUHNIK
Re: SALLE CAMUS *****EN DIRECT CHEZ CAMUS *****.
24 octobre 2010, 20:43
Demain, je lis tout Camus.
En tout cas, un vrai travail de prof.
Bravo.
Re: SALLE CAMUS *****EN DIRECT CHEZ CAMUS *****.
25 octobre 2010, 07:40
Taïche ya khouya, c'est toi le Prof.
J'ai fait mes premiers pas auprès de toi
et des autres grands de 2004.
Re: SALLE CAMUS *****EN DIRECT CHEZ CAMUS *****.
25 octobre 2010, 15:59
Excellent reportage que j'avais déjà lu chez toi.
Toujours avec le même plaisir.
Tu es un homme sage avec bcp de valeurs et D ieu n'oublie pas ceux qui entretiennent la mémoire juive à travers ses lieux de culte.
J'ai été surpris par les actes généreux de ces bons musulmans de la médina de Sfax qui entretiennent cette petite synagogue désertée.

Ils trouveront grâce auprès de A chem.

Merci Khmouch.
RM.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






HARISSA
Copyright 2000-2017 - HARISSA.COM