Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée

SALLE ILAN HALIMI Z'AL*****POLICIER....COMPTE A REBOURS...L'ENIGME SANS FIN...ERNESTINA...*****

Envoyé par Mr_Jano 
Albert Siméoni.


Paris le 12/06/2005.


Tous les évènements narrés dans cette nouvelle sont imaginaires.
Elle ne se rapporte à aucun fait connu ou œuvre littéraire déjà parue.


COMPTE A REBOURS



Cela se passe en Afrique, du côte du Togo. A Lomé

Armand, est un jeune homme de 28 ans, désœuvré dans son bourg qu’on appellera Potopoto, un ‘hitiste’ à la mode algérienne.

Il a sa maîtrise d’anglais et il offre de temps à autre, lorsqu’il se sent en forme, quelques cours particuliers payants aux écoliers du secondaire de sa bourgade.

Il parle parfaitement le français aussi. Deux atouts majeurs dont il pourrait se servir le jour où il émigrera, car il rêve de faire fortune en France, sur cette terre qui va lui offrir argent et bien être du moins pour une grande période.

Le temps de ramasser quelques francs,le transférer, bâtir une maison, ouvrir un commerce si ce n’est pas deux ou dix avec l’argent gagné et économisé durement ; privations comprises.

Il en parle à son vieil oncle qui lui conseille de prendre femme mais pas ici mais en France, à Paris. Une cousine germaine, Judith, célibataire la trentaine, vivant seule depuis plus de dix ans.

Elle est de nationalité française et elle travaille dans les CAISSES D’ASSURANCES MALADIES, du côte de Rungis.

Le sage promet d’écrire à la jeune fille afin de l’avertir de la venue de son cousin.

Un mois plus tard, une réponse positive arrive à l’oncle Souleiman.

Il fait part de la bonne nouvelle à Armand qui voit déjà ses espérances se concrétiser.

Armand est aussi ce qu’on appelle un petit prédicateur dans son village.

Tous les dimanches, il sermonne dans sa petite église une petite communauté de chrétiens nommée Les Compagnons du Christ.

Une quinzaine de fidèles assidus l’écoutent lors de ses homélies.

A Suivre...
Re: ***POLICIER***
01 novembre 2007, 19:08
Chapitre 2°.

La jeune femme joignant le geste à la parole lui envoie quelques temps plus tard, un certificat d’hébergement en bonne et due forme. Il dépose un dossier au consulat de France à Lomé et obtient un mois plus tard un visa touristique valable pour deux semaines.

Il remercie le vieil oncle tout en lui promettant de lui envoyer un pécule toutes les fins du mois dans le cas où sa situation là bas serait satisfaisante.

Avec ses quelques économies, Armand prend son billet d’avion LOME/PARIS.
Dans sa valise , quelques affaires essentielles.
Il fait ses adieux à sa maman, à ses frères et sœurs.
Il débarque donc sans incident à Paris.

Sa lointaine cousine Judith, le reçoit dans son appartement, sa propriété ; un joli trois pièces assez vastes avec tout le confort requis.

Dans les premiers temps et afin de ne pas gêner et surtout subvenir à ces charges les plus élémentaires, Armand déniche un job payé au noir dans un entrepôt du côté de Aubervilliers.
Il lève et soulève des caisses de toutes natures, de la papeterie surtout.
Il prend soin de faire disparaître ses papiers et déclare qu’ils lui ont été volé durant son court séjour.

L’ambassade lui fait comprendre qu’elle ne peut délivrer qu’un laissez-passer mais sans billet retour.

Sa cousine lui conseil de rester à rester même si le délai de son séjour expire. Il fait donc comme tous ses congénères ( pratique assez courante dans le milieu des sans-papiers)

Au bout de deux mois, le préposé au stock s’aperçoit de quelques malversations et pour ne pas être dans le doute, il surveille ce nouveau venu à l’air débonnaire mais malin.

A suivre...
Re: ***POLICIER....COMPTE A REBOURS...***
29 novembre 2007, 13:16
CHAPITRE 3°.


'...Entre temps, Armand retrouve à Paris quelques amis de sa paroisse et là, on lui demande de présider leur petite communauté. Sermonner tout les dimanche des fidèles de sa congrégation.

Il saute sur l’occasion et devient au bout de trois semaines leur pasteur attitré. Sa tchatche fait le reste parce que lui, il ne croit en rien à ses boniments.
Il se met à faire des quêtes pour la bonne cause ( à son profit ) allant jusqu’à démarcher dans les boites de nuit d’autres togolais qui sous les vapeurs de l’alcool ouvrent leurs poches.

Un matin, il est convoqué devant le directeur de l’établissement pour se faire entendre qu’il est renvoyé sans motif.
En réalité, une enquête discrète fait apparaître que notre sans-papier avait monté une petite filière discrète pour écouler cahiers et autres accessoires telles que rames de papier et rouleaux en tout genre. Il a été découvert.
Il explique à sa cousine que la société a fait faillite.

De fil en anguille et à force de cohabiter, nos deux jeunes gens se prennent d’amour d’autant plus que notre Armand sait parler aux femmes avec beaucoup de miel sur la langue.
Comme un bonheur n’arrive jamais seul, il réussit encore grâce à l’intervention d’un des ses ouailles à dénicher un autre job toujours au noir. Dans une entreprise de fruits et légumes à Rungis. Mais là, il se sent si fatigué par le rythme imposé qu’au bout de six semaines, il renonce par lui même à cette charge aux heures indues. Il s’en va sans prévenir.

Il devient par la suite grâce à ses assiduités religieuses président de la communauté. Il cumule deux fonctions. Une centaine d’âmes tous aussi délurés qu’il l’est. Il prend sa nouvelle nomination au sérieux et là il découvre qu’être pasteur dans Paris rapporte grâce aux divers dons que lui font les membres. Il se sert dans la caisse en prétextant que ses services doivent être rémunères. On compatit à son sort.
Il oubli aussi la promesse faite à son vieil oncle ; celle de lui envoyer un pécule pour survivre. Il reçoit même une missive allant dans ce sens. Il ne répond pas, faisant la sourde oreille.

A suivre...
Re: ***POLICIER....COMPTE A REBOURS...***
29 novembre 2007, 13:18
4°.

Judith fait comprendre à son hôte qu’il doit participer aux frais de la maison, nourriture, et diverses charges car jusque là, Armand a fait le mort, oubliant sa promesse de l’aider, tout en étant vivant ; il n’a jamais donne ne serait qu’un franc à sa cousine…

‘…Je croyais que tu m’aimais Judith… !’
‘…Mais cela n’empêche pas l’autre chéri…. ! Tu ne te rends pas compte de ce que cela me coûte comme frais et en plus, je subviens à ma famille restée en Afrique.. !’
‘…Mais tu ne payes pas de loyer… ?
‘…Et alors, tu manges bien, tu dors toute la journée, tu vis sous mes crochets, cela ne peut pas durer enfin, l’amour c’est beau mais il faut travailler ici, sans cela on ne pourra jamais faire de projets d’avenir…. !’
‘…Je n’ai pas de papiers, tu le sais bien… !’
‘…Bon, écoutes, je vais t’arranger cela, j’ai une amie qui travaille à la Préfecture et je vais lui en toucher un mot ok …. ? Cela fait six mois que tu es ici et tu n’es même pas foutu, en attendant de trouver un job au noir, ne serait – ce que laveur de carreaux à la sauvette … !’
‘…Mais j’ai une maîtrise d’anglais… ?’
‘…Tu peux t’asseoir dessus…. ! Crois-tu que la France à besoin de ce diplôme ronflant que tu as eu grâce à des interventions de cousinage au pays… ? Ici ils ont besoin de gens qui inventent et toi pour l’instant tu crée la fainéantise dans sa plus belle expression.. ! Lorsque je suis arrivée en France, j’ai fais la bonniche et la nurse ok.. ? Alors toi, tu dois t’ébouriffer… !’
‘…Je suis aussi pasteur… ! Et très apprécié… !’
‘…Tu veux dire que tu piques à la caisse de D ieu pour pouvoir t’enrichir avec des oboles qui ne font même pas 500 frs par mois, juste pour tes menues dépenses .. ?’

Armand encaisse sans rien dire. Il se tait et baisse la tête, en attendant que sa cousine lui fasse ses papiers avec l’aide de cette amie.

Un an passe et toujours rien. Armand de son côté ne bouge toujours pas, il vit aux crochets de celle qui l’héberge. Lasse de toujours entendre la même sérénade, Judith décide lui couper les vivres, de ne plus le nourrir s’il persiste dans cette voie bien que les deux couchent ensemble. Armand lui promet de reprendre ses recherches. La même litanie.

Enfin, il pense trouver un bon boulot. Gardien de nuit grâce à des papiers falsifiés que lui a fait son ami d’église Joseph. Il en fait part à son amie qui enfin respire et surtout trouvait le temps assez long. Elle lui impose une certaine somme pour ses charges soit 2000 frs.
Il trouve cette taxation d’office assez élevée et il s’en plaint.

‘…Ben , si tu trouves que j’exagère va habiter ailleurs et tu comprendras ce que j’endure.. !’

Notre homme accuse le coup et fais bon cœur contre mauvaise fortune.

A Suivre...


Chnoue el deou elli fiqom...? Brabi????
Pièces jointes:
boulakia.jpg
Re: ***POLICIER....COMPTE A REBOURS...***
06 décembre 2007, 18:07
Chapitre 5°.

Deux ans sont passes. Et toujours notre homme sans ces papiers officiels. Cependant il accumule les preuves de son existence en France. Il demande à son amie de mettre la facture EDF à son nom. Elle accepte. Il paye donc l’électricité tous les deux mois. Il pose aussi sur la boite aux lettres son nom et prénom près de celui de sa concubine. Il devient ami de la concierge, une sénégalaise , maman Amina. Il se dit qu’un jour, il aura besoin de toutes ses preuves qu’il présentera lors d’une régularisation massive.
Pour mieux faire, et s’investir bien plus, il émet le vœu de vouloir un enfant à sa concubine .
Elle accepte et un an plus tard, une petite fille née. Amandine. Comme il l’avait prévu, le gouvernement français sous l’ère mitterrandienne régularise plus de 50 000 sans papiers à travers la France. Armand fait partie du lot. Il est heureux et même superbement heureux.
Il est enfin régularisé. Il peut prétendre à un poste fixe, à des fiches salariales, à la retraite, prétendre aux allocations familiales en association avec sa femme etc…
Armand Baloumi respire parce qu’à présent il va pouvoir réfléchir et bien réfléchir.
Chose qu’il oublia de faire durant sa longue période de farniente.

Première chose, se débarrasser de son travail de nuit, un travail ingrat qui lui pesait et qui n’est pas du tout conforme à ses aptitudes. Il se fait passer comme malade. Dépression. Il joue celui qui tremble, qui oublie de fermer sa loge de surveillance. Il souffre de mauvaise mémoire et bien sur, l’entreprise le met en arrêt de maladie.

Judith ne comprend rien mais il la rassure et surtout lui fait croire qu’il a un bon plan pour gagner plus d’argent. Elle n’y croit pas et d’ailleurs elle est complètement désintéressée par cet ‘époux égoïste’ qui oublie de lui faire l’amour, qui mange comme deux et qui porte toujours les même vêtements cireux. Judith par un certain côté est naïve et ce qui compte pour elle c’est l’éducation de sa fille, son bien être, pour le reste, ce n’est que du décor.

Armand touche dans les premiers temps son allocation maladie. Plus les pécules de son église, il arrive bon mois mauvais mois à toucher environ 6000 frs.

Il réfléchit toujours et dans sa fausse dépression, il commence à planifier un plan machiavélique. Il verse tous les soirs dans un verre d’eau ou de coca ses comprimés.

Judith ne se rend compte de rien. Deux jours plus tard, elle se rend compte qu’elle a une envie de dormir. Elle en parle à son amie de bureau. Une après midi, son chef de service la trouve complètement avachie sur son pupitre à ronfler. Il lui fait part de son inquiétude et surtout la prévient que ce genre de chose ne doit plus arriver.

Hélas, force est de constater, que la pauvre femme est complètement disjonctée de la réalité. Elle éprouve de telles somnolences dans le train, qu’elle manque par deux fois son boulot.
La coupe est pleine, elle reçoit sa première mise à pied avec comme motif des erreurs de gestion et des manquements au travail.

Elle en parle à son ami Armand.
Re: ***POLICIER....COMPTE A REBOURS...***
11 décembre 2007, 18:02
Chapitre 6°

‘…Ils vont me renvoyer… !’
‘...Ceux sont tous des racistes, ces gens là, si tu étais blanche, ils auraient fermer l’œil.. !Mais voilà tu es noire et togolaise.. !’
‘…Mais, je suis française, qu’est- ce que tu me racontes là… ?’
‘…Tu renies en plus ton identité, Judith…. ? Hein, tu n’es plus fière de que ce tu es parce que tu vis en France, est ce que c’est la France qui t’a vu naître… ? Crois-tu que tu va passer toute te vie ici sous leurs bottes.. ? Ah il faut que nous régulons d’abord, notre union, je suis prêtre de notre sainte église et vivre dans le péché est immoral.. !’

Judith écoute son réagir ‘son époux’. Elle est tellement dans les vapeurs qu’elle dit oui sans réfléchir.

‘.. .Ok, si tu veux nous passons devant le maire lorsque tu auras décidé.. !’
‘…Demain, je commence les démarches, allez réveille toi, on dirait une chiffe molle, tu ne réagis plus… ! Comment vas-tu faire pour t’occuper de ta fille hein… ?’

Et de lui envoyer une taloche. Judith tombe sur le sol complètement groggy.
Elle se lève et va s’allonger pour dormir.

Armand continue son forfait, il ajoute encore plus de somnifères dans ses aliments au point que la bonne dame ne peut plus se lever le matin pour aller à son travail, tellement la somnolence est forte.

Devant ses absences répétées et sans motif valables, la direction la convoque pour lui signifier son licenciement. Là encore, elle ne peut pas de présenter mais délègue son ‘mari ‘ qui leur fait comprendre que sa femme traverse une grave dépression. Quelques jours plus tard, Judith est renvoyée pour ‘Motif d’absence répétés sans motif valable’. Après quinze ans de bons et loyaux service.

Armand a préparé les papiers pour le mariage. Il se fera en intimité avec l’accord de sa ‘femme’.

Il se débarrasse de cette formalité. Ils sont unis pour le meilleur et pour le pire.
Le pire ne va tarder à venir.
Judith toujours sous l’effet de la drogue sombre dans des sommeils qui bouffent son énergie.

Entre temps, Armand a trouvé un travail stable dans un hôtel. Il est derrière un comptoir à recevoir les clients de passage. Il est heureux.

Il réfléchit durant son job à la suite de son plan. Comment dépouiller la pauvre Judith en utilisant des moyens légaux.

Le soir, il ne fait que des remarques désobligeantes au point que la jeune femme commence à douter de ses capacités.

‘…Tu n’es plus apte à conduire les affaires de la maison, tu ne travailles plus et ton chômage ne couvre même plus tes besoins et celui de ta fille ; tu deviens une maman égoïste, tu ne t’occupes plus de ta fille pendant mes absences….. ! Regarde ses couches ne sont même pas remplacées…. !’

A suivre....
Re: ***POLICIER....COMPTE A REBOURS...***
27 décembre 2007, 12:55
Chapitre 7°.

Et de lui envoyer ses premières deux taloches. La jeune femme vomit sous la violence des coups.

Il appelle un médecin. Un ami de la congrégation qui lui délivre un certificat constatant que le jeune femme a voulu se suicider et que son mari, pour la forcer à ne pas commettre son geste fatal, fut obligé de se débattre, d’où les coups qu’elle porte autour du cou et sur la poitrine.
Armand informe les services compétents de l’état anormal de sa femme qui, sous les menaces de son mari, admet sa maladie.

Il oblige sa femme a lui donner une procuration sur ses comptes bancaires.
Elle la lui donne. Judith possède plus de 75 000 francs d’économies placées dans des PEL et CODEVI.

La pauvre Judith vit dans la peur, la crainte et l’angoisse de se retrouver hospitalisée du jour au lendemain donc loin de sa petite fille.

Armand voit ses plans se concrétiser au delà de ce qu’il avait prévu.
Sa machine est en route. Et il pense que rien ne viendra la gripper.
Il vire dans un premier temps tout l’argent de sa femme dans le sien.
Puis dans un second volet, il vire la presque totalité, par l’intermédiaire d’une banque africaine installée à Paris, la coquette somme dans sa banque au Togo.

Il devient presque milliardaire chez lui dans son pays qu’il va bientôt retrouver. Lorsque l’heure aura sonné.

Judith dans son état ignore tout de ce qui se trame derrière elle.
Elle est en pleine déconfiture.
Armand un peu plus tard, lui demande, pour le bien de la famille de lui donner aussi procuration pour la gestion de son bien. Son appartement.
Elle ne se fait prier pensant que son époux est un bon gestionnaire et que dans l’état où elle est elle ne peut plus contrôler la marche du ménage.
Il prépare en douce les documents de la vente de l’appartement avec la complicité d’un confrère notaire, qu’il soudoiera lorsque l’opération aura réussit.

Judith ne soupçonne toujours rien. Le soir, elle vit dans la hantise de recevoir des coups. Elle se soumet à tous les caprices de son époux ; sa volonté est annihilée.
Re: ***POLICIER....COMPTE A REBOURS...***
03 janvier 2008, 18:19
8°.

‘…Ecoutes, cette situation ne peut plus durer, je pense que nous allons tout remettre en question, je ne peux pas m’occuper de toi, il nous faut de l’aide ici, une femme qui s’occupe de toi. Les hôpitaux et les centres pour névrosée sont des mouroirs et je ne veux pas te placer pour un cours séjour, là bas sachant pertinemment comment ils vont te soigner. Ici tu seras entouré par les tiens… ! Donc, il faut te débarrasser de ton appartement… !Nous manquons d’argent et une femme compétente à domicile coûte chère surtout si elle va prendre soin de toi… !’
‘…Oui tu as raison, nous nous referons, je te remercie d’être aussi prévenant envers moi et notre fille.. !’
‘…Pour le meilleur et pour le pire n’est ce pas, ma chérie.. !’
Il se penche pour l ‘embrasser.

‘…Va dormir, tu en as grand besoin… !’

Le lendemain, il passe une annonce dans le Parisien, et le Figaro.
Une semaine plus tard, il trouver preneur pour la coquette somme de 1 000 000 frs.
Sans attendre plus longtemps, il en informe da femme qui trouve que cela et un bon prix.

‘…Nous allons la placer et les intérêts serviront à payer la femme de soins… ! J’y contribuerai aussi afin que tu retrouves la santé.. !’

Elle approuve.

Deux semaines plus tard, la promesse de vente est signée chez son notaire ami.
Trois plus tard, l’appartement est venu et ils vont loger dans un petit studio attenant l’église.
En vérité, un grand garage transformé en salle de chants et de prières avec un autel et des chaises pour les ‘délurés pieux’.

Armand après avoir reçu l’argent sur son compte, il décide de passer au second volet.
Il vire le tiers de la somme au pays dans un premier temps. Deux semaines plus tard, une autre moitié et enfin le reste au bout de trois mois. Son compte ne porte plus rien, juste un solde mesquin pour ne pas le clore.
Il est satisfait, son plan a marché comme prévu.

A Suivre...
Re: ***POLICIER....COMPTE A REBOURS...***
10 janvier 2008, 18:54
9°...


Il peut à présent rêver de ce qu’il va faire au pays avec tout cet argent. Il n’arrive pas é réaliser qu’il est devenu après cinq ans de durs et loyers efforts archi -milliardaire en CFA.
Il va acheter tout son village et même les rivières avoisinantes et les forets adjacentes.
Tout le Togo va lui appartenir et il sera respecté, lui le petit ‘hitiste’ qui ne valait pas un sous.
Une fois ses opérations financières terminées, il passe au troisième volet de son projet.
Partir au plus vite pour jouir de son argent.
Il prépare son retour au plus vite. Il ne dis rien à sa femme sauf qu’il doit s’absenter pour son travail. Elle le croit.

Ce que ignore Armand, c’est que pendant ces absences, une contrôleuse médicale du service de LA CAF est passée entre temps visiter Judith et essayer de comprendre son état de prostration. Elle en arrive bien sur à la conclusion que la jeune femme ne souffre de rien mais que son état est du à l’absorption de médicaments à forte dose. Elle en informe bien sur sa direction qui trouve bizarre que cette patiente soit passée en si peu de temps d’un état normal à un état complet de délabrement. Elle en informe la police qui va enquêter discrètement sur son époux qui ne se doute de rien.

Une discrète enquête de proximité diligentée par l ‘inspecteur Boulakia, leur apprend que le mari bat sa femme et que la pauvre dame se tait à cause de sa fille qu’elle ne veut pas voir séparer d’elle. La machine policière est en branle.

Armand ne se doute de rien. Il a acheté deux belle valises, et bien sur beaucoup de cadeaux.
Il a pensé aussi à son vieil oncle, en lui achetant un beau costume, pour la jungle avec nœud papillon et plastron. Il a oublie que ce dernier vit dans une case, nourrit au manioc à longueur de journée alors pour le costume le choix est bien approprié.
Il est au point notre Armand. Il doit s’envoler pour Lomé demain après midi sur un avion AIR AFRIQUE en première classe, noblesse oblige.


A Suivre..
Re: ***POLICIER....COMPTE A REBOURS...***
19 janvier 2008, 19:59
SUITE ET FIN.

Il met ses valises dans une cave à l’insu de sa femme prostrée.

Il monte la voir. Et la surprise il ne la trouve pas.
Il descend en bas. Pas de Judith encore moins de bébé.
Il rentre dans l’église. Il trouve ses ouailles qui l’attendent. Il a oublie que c’est jour le jour de la Pentecôte et qu’il doit faire un sermon. Tout le monde se lève et attend son berger au pupitre.
‘..Vous n’avez pas vu ma femme et mon bébé… ?’

Personne ne répond. On le regarde bizarrement en costume alors que d habitude il est en costume bleu type Mao.

Devant son silence, certains lui demandent où il va dans cette tenue, alors qu’ils l’attendent depuis une heure. Il prétexte un rendez-vous urgent mais se rallie à la cause, il va faire son sermon et ensuite prendre la poudre d’escampette.

Il monte à l’autel et commence à parler du bienfait de ce jour de Pentecôte.
Son homélie à commence lorsqu’il voit deux hommes franchir le seuil de l’église.
L’inspecteur et son collègue laissent le pasteur poursuivre sa prédication.
Armand panique et commence à bafouiller, il abrège son discours, s’éponge le front devant son assistance qui devine un certain désarroi. Il s’arrête, reprend, perd le fil du sujet, confond tout et enfin clos son chapitre avec une certaine satisfaction. Heureux pense t’il de s’en être sorti avec les honneurs.

Le Boulak et Gilbert se dirigent vers lui alors que la petite foule regardent ses deux étrangers montent sur l’estrade et lui parler à l’oreille.
Il comprend qu’il est fait.
Il descend bien pâle pour un noir et on lui passe les menottes devant les yeux effarés de l’assistance qui est loin de soupçonner son berger de ce qu’il a commit. Sa femme et sa fille rentrent par la suite et là, Armand faillit s’évanouir. En un instant, il a compris que sa femme vient de le dénoncer.

Au quai des Orfèvres on lui annonce qu’il est sous le coup d’une inculpation pour faux et usages de faux, escroqueries sur personne en état d’inconscience et détournements de fond avec préméditation.

On lui apprend aussi que les transactions qu’il a cru faire n’ont pas été réalisées et que la vente de l’appartement est annulée par le procureur au vu des procès-verbaux établis par la CAF.

Armand est découvert et ne peut que reconnaître ses méfaits.
Il écopera de 5 ans de prison ferme pour tentative d'empoisonnement envers son épouse et malversations établies sur la foi des preuves accumulées.

Judith retrouvera quelques mois plus tard son bien et son poste.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter






HARISSA
Copyright 2000-2017 - HARISSA.COM